Mayotte: plusieurs mesures contre le manque de ressources en eau potable

écologie
retenue collinaire
©Fahar Ousseni
Deux pompes vont être acheminées de métropole à Mayotte pour effectuer un transfert d'eau et des stations de forage seront mises en service pour pallier le manque en eau potable. Décisions annoncées ce mercredi 30 décembre par la préfecture de Mayotte. 
Un comité sécheresse présidé par la préfecture et composé des différents acteurs de l'eau à Mayotte se réunit régulièrement depuis début novembre en raison d'anomalies pluviométriques sur l'île, qui génèrent un problème d'alimentation en eau potable, comme l'expliquait Mayotte 1ère il y a quelques jours. Le 3 décembre, la préfecture a publié un arrêté restreignant l'usage de l'eau sur l'ensemble du territoire en raison d'un manque de ressources en eau potable et a demandé le 22 décembre aux représentants religieux de l'île de sensibiliser la population lors des prières ou dans les quartiers.


Des pluies "peu usuelles"

Mayotte, île française située dans le canal du Mozambique, est normalement arrosée par des pluies de mousson fines, continues et réparties sur l'ensemble du territoire pendant l'été austral d'octobre à mars. Or cette année, la répartition et la soudaineté des pluies sont "peu usuelles", selon Bertrand Laviec, directeur départemental de Météo France à Mayotte. Anormalement concentrées dans le sud de l'île, elles n'ont pas pu alimenter les deux retenues collinaires de Dzoumogné (Nord) et Combani (Centre) qui concentrent près de 60% de l'apport en eau potable du département.


Une denrée rare

De manière générale, à Mayotte, "l'eau douce est un enjeu majeur" et "une denrée rare", difficile à gérer entre pression démographique forte, insularité et augmentation de la consommation en eau des ménages, rappelle Bertrand Laviec. L'ensemble de l'île est toujours sous l'arrêté du 3 décembre et le comité sécheresse se réunira de nouveau le 6 janvier.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live