Les "fabuleux voyages" de la chanteuse martiniquaise Erika Lernot

musique
Erika Lernot
Erika Lernot en voyage dans l’Etat du Kerala, en Inde. ©DR
Après huit mois passés à Pondichéry en Inde, la chanteuse martiniquaise Erika Lernot s’apprête à y retourner, après un intervalle en France, pour développer sa musique et ses projets. Notamment un nouveau blog consacré aux voyages, à la spiritualité et au bien-être. Entretien. 
Erika Lernot aime les voyages. Après de nombreux séjours au Cap-Vert, Brésil, Martinique, Guyane, et Cambodge, entre autres, la chanteuse martiniquaise a franchi un nouveau cap et s’est installée durablement dans la ville de Pondichéry en Inde. Elle vient d’y passer huit mois et s’apprête à y retourner après un petit passage en France. Dans cet ancien comptoir français, elle travaille à son nouvel album avec son compagnon et compositeur Siam Lee tout en préparant une série de concerts.
 
« Mon séjour en Inde a été une expérience extrêmement enrichissante », confie Erika à La1ere.fr. « Pondichéry était une ancienne ville coloniale française donc on retrouve un peu de France, notamment au niveau de l’architecture. Ensuite c’est quand même l’Inde avec tout ce mouvement permanent. Près de Pondichéry il y a aussi Auroville, la ville utopique et expérimentale née après mai 68. Il y règne une atmosphère un peu bohème avec de nombreux artistes et des gens qui viennent du monde entier, avec beaucoup de créativité. Tout cela dégage un sentiment de liberté. »

                     

L’Inde est un pays avec les extrêmes que l’on connaît, extrême richesse et extrême pauvreté, mais c’est aussi un pays cosmopolite, de multiculturalité." (Erika Lernot)










« La vie est tellement différente là-bas que forcément c’est une source d’inspiration et de créativité », ajoute l’artiste. « Ceci dit ça a parfois été assez dur de se recentrer parce qu’il y a beaucoup de choses à voir et à faire. L’Inde est un pays avec les extrêmes que l’on connaît, extrême richesse et extrême pauvreté, mais c’est aussi un pays cosmopolite, de multiculturalité. J’ai trouvé les gens très ouverts, notamment par rapport à la musique, et j’ai été très bien accueillie. Il y a un respect pour les artistes et les musiciens que l’on ne trouve plus en France. Là-bas le musicien est vraiment considéré comme celui qui fait le lien entre le spirituel et le matériel. »
 
Entre compositions de chansons, concerts et découvertes, Erika Lernot a par ailleurs créé un blog, intitulé « Les fabuleux voyages d’Erika », qui parle de ses passions : la musique, les voyages, la spiritualité et la cuisine bio. « Ce blog est l’extension de mon univers artistique », dit-elle. « On connaît ma musique mais pas forcément le reste. Je suis très branchée écologie, bio, méditation, spiritualité, développement personnel, etc., et dans le blog j’ai la possibilité d’écrire des choses de qualité. Et de partager tous mes voyages. »
 
Avec Siam Lee, la chanteuse peaufine son deuxième album et prépare une tournée dans toute l’Inde avec le réseau de l’Alliance et de l’Institut français. « L’Inde est un pays de 1,3 milliard de personnes. Donc énormément de public potentiel. Toute la jeunesse de la middle class est complètement ouverte sur le monde. Ils sont en demande de nouvelles choses. Il y a un engouement de la part des Indiens pour notre travail qui n’était pas forcément prévu. Nous prenons ça à bras le corps ».
 

REGARDEZ le teaser des fabuleux voyages d’Erika