Handball : des raisons d'espérer pour les Experts

handball
Narcisse et Sorhaindo
Daniel Narcisse et Cédric Sorhaindo ©FFHandball
Les Experts ont la migraine au lendemain de leur défaite contre la Norvège qui les élimine de la course au titre de l'Euro 206. Bilan et perspectives des joueurs d'Outre mer du groupe tricolore.
Tout n’est donc pas à jeter. A commencer par l’inusable Daniel Narcisse, qui met toujours du temps a rentrer dans une grande compétition mais qui monte en puissance. Auteur d'un 7 sur 9 hier soir il a été le seul à tenir son rang, à 35 ans il adore les matchs à pression et sera sans doute un des hommes de base de l’opération JO.
Daniel Narcisse en attaque, lors du match contre la Croatie lors de l'Euro 2016
Daniel Narcisse en attaque, lors du match contre la Croatie lors de l'Euro 2016 ©ATTILA KISBENEDEK / AFP

Son nouveau statut de capitaine avec le PSG lui donne une certaine sérénité , il sait fédérer autour de lui. On l'a vu souvent sur le parquet avec la jeune classe en fin de match contre la Croatie ou la Biélorussie pendant que les autres cadres soufflaient.
 

Sorhaindo en demi-teinte

Cédric Sorhaindo
©MARIUS BECKER / DPA / dpa Picture-Alliance/AFP

Pour Cédric Sorhaindo, l'Euro fut plus difficile à gérer. Souvent le Martiniquais se met au diapason de Nicolas Karabatic avec qui il a une vrai complicité sur et en dehors du terrain. Karabatic moins rayonnant, « Tchouf » le fut moins aussi. Il garde ses vertus de guerrier et sait rebondir dans l'adversité. Son engagement Olympique ne fera aucun doute pour faire oublier vite ce coup d'arrêt Polonais. Et avec Narcisse, il est un des piliers de la maison bleue.
 

Kounkoud à revoir

Kounkoud
©ATTILA KISBENEDEK / AFP

Du groupe a émergé, timidement, Benoit Kounkound, le petit ailier réunionnais du PSG a eu quelques miettes de temps de jeu. Il a surtout montré ses qualités contre la Biélorussie, mais aussi ses limites contre la Norvège... Avec un tir raté dans le money time qui aurait pu permettre aux bleus de recoller à moins deux. Vif, adroit, il lui manque peut-être un peu d'expérience qu'il ne va pas tarder à acquérir avec le PSG ou il supplée Abalo de plus en plus.
 

Grebille, le retour

Dans ce groupe bleu,  il manquait de nombreux cadres historiques comme Jérome Fernandez, William Accambray ou Xavier Barachet, mais aussi Mathieu Grébille. Le Martiniquais de Montpellier a été stoppé l'an dernier en pleine ascension par une opération de ligaments croisés du genou. Les Experts ont souvent manqué de choix sur leur base arrière, là où le bras de Mathieu aurait pu apporter une différence. Il sera opérationnel pour les
JO qui restent la première des priorités pour les joueurs comme pour le staff.
 

Réaction de Didier Dinart


Double objectif

Une bonne gifle, un coup d'arrêt, mais rien de grave sur le fond, des gros bras comme le Danemark ou la Pologne archi favorite à domicile ont aussi trébuché dans un Euro surprenant. Les Bleus étaient encore qualifiés hier soir à la mi-temps du surréaliste match Pologne-Croatie,  grâce à un écart de 5 buts que les Croates se sont empressés de faire fructifier pour une place en demi-finale. Il est loin le désastre de 2012 en Serbie ou celui du mondial 2013 en Espagne.
 
Et puis histoire d’avoir l'esprit tout a fait tranquille, les Experts pourront cibler leurs deux prochaines échéances sans avoir à se qualifier, mais juste se préparer. Entre Rio cet été et un mondial 2017 en France en janvier prochain, voila de quoi remotiver très vite ce groupe, qui a juste subi une péripétie dans sa quête de titres.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live