publicité

Comparer les tarifs bancaires en ligne, c'est désormais possible

Le gouvernement vient de lancer un site gratuit permettant de comparer les tarifs d'environ 150 banques. Les établissements bancaires des départements d'Outre-mer sont également concernés. 

Michel Sapin © ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP Michel Sapin
  • Par Maïté Koda
  • Publié le , mis à jour le
Avec son comparateur de tarifs bancaires, présenté par le ministre de Finances lors d'une conférence de presse, le gouvernement entend faciliter la tâche du consommateur.
 

Comment ça marche?

Le site, www.tarifs-bancaires.gouv.fr, mis en ligne ce lundi propose de choisir un type d'établissement (banques physiques ou banques en ligne), un département et les services que l'on cherche à comparer: le prix des cartes de paiement, les frais de tenues de compte, le nombre de retraits gratuits dans une autre banque que la sienne…. Ensuite le comparateur dresse un tableau détaillé des tarifs pratiqué par les banques du département concerné. Les chiffres se basent sur les données fournies par les banques elles-mêmes, une obligation légale.
 
 

Pour quels résultats?

Les départements d'Outre-mer sont inclus par le comparateur. Ce qui permet en quelques clics de noter par exemple qu'en Martinique, un consommateur qui voudra bénéficier de services bancaires en ligne via une plateforme dédiée sur Internet devra s'acquitter de 42 euros par an s'il est à la Banque des Antilles françaises contre 27 euros s'il est à la BNP. Ce même service est proposé gratuitement par le Crédit Agricole des Antilles Guyane ou LCL.
En revanche, toujours à titre d'exemple, les retraits dans une autre banque que la sienne ne sont pas facturés à la Banque des Antilles Françaises, mais coutent 4 euros par mois au Crédit Agricole.
 
Parce que l'euro n'y est pas en circulation, les collectivités d'Outre-mer ne sont pas répertoriés sur le site. Un lien tout en bas de la page d'accueil redirige l'internaute vers les sites de l'Iedom (Institut d'émission des départements d'Outre-mer) et de l'Ieom (Institut d'émission d'outre-mer) qui proposent des PDF plus complexes sur les tarifs bancaires en vigueur.
 

Favoriser la mobilité bancaire

L'idée est, selon le ministre des Finances Michel Sapin, de renforcer la transparence et de permettre une réelle concurrence. Des comparateurs privés existaient déjà. Mais, affirme Michel Sapin, "ils dépendaient toujours d'une institution et pouvaient être utilisés à des fins publicitaires. " Ce nouvel outil de service public se veut donc totalement impartial. Et devrait donc encourager les banques à baisser leurs tarifs afin de séduire de plus en plus de consommateurs. Autre visée:  favoriser la mobilité entre banques, un des objectifs des lois Hamon puis Macron en 2015. Ainsi, dès février 2017, tout un chacun pourra changer ses comptes d'établissement bancaire sans avoir à remplir de formalités administratives, grâce à un service de "redirection".
 

Peu d'avancées sur les tarifs bancaires Outre-mer

Le ministre est en revanche resté très évasif sur la situation des tarifs bancaires Outre-mer, pourtant beaucoup plus élevés que ceux pratiqués dans l'Hexagone. "On y travaille" s'est-il contenté de répondre à une question sur les mesures mises en place pou lutter contre ces disparités.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play