Fabrice Boromée, condamné à six ans de prison supplémentaires en appel

justice
Procès : le détenu Guadeloupéen, Fabrice Boromée, est jugé pour la prise d’otage à la prison de Vendin-le-Vieil
Le détenu guadeloupéen, Fabrice Boromée, sera jugé ce vendredi 16 octobre par le tribunal de Béthune dans le Pas-de-Calais. ©PHILIPPE HUGUEN / AFP
Fabrice Boromée, le détenu guadeloupéen qui avait pris en otage pendant plusieurs heures le directeur adjoint de la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), début septembre, a été condamné ce jeudi en appel à six ans de prison supplémentaires par la cour d'appel de Douai (Nord).
L’appel de Fabrice Boromée n’aura pas été vain. Le détenu guadeloupéen est condamné à une peine moindre qu’en première instance. En septembre dernier, ce détenu de 34 ans d'origine guadeloupéenne qui n'était pas libérable avant 2032, avait été condamné à huit ans de prison. Son avocat avait fait appel.
 

"La cour nous a bien écoutés"

"La cour nous a bien écoutés durant l'audience, et a rendu son arrêt avec raison et pas dans le feu de l'action comme en première instance", s'est satisfait l’avocat de Fabrice Boromée, Benoît David, auprès de l'Agence France presse. "C'est un beau message", la justice dit "il ne faut pas multiplier ces peines."
 

Un détenu dangereux

Fabrice Boromée, un détenu particulièrement dangereux qui a collectionné les peines pour vols et violences, notamment en Guadeloupe, était placé en isolement dans la toute nouvelle prison de Vendin-le-Vieil, près de Lens. Il était parvenu le 9 septembre à s'emparer d’un responsable de l'établissement de Vendin-le-Vieil, Fabrice Bels, sous la menace d'un couteau pendant trois heures. Il revendiquait un transfèrement dans une prison de Guadeloupe.
  

Pas de violence physique        

Le responsable n'avait subi aucune violence physique, selon la direction de l'administration pénitentiaire. En décembre 2013, en compagnie d'un complice, il avait kidnappé un jeune gardien à la prison de Condé-sur-Sarthe, où il était alors détenu. Ces faits lui avaient valu huit ans de prison.