Affaire Keziah en Martinique : la façade du ministère des Outre-mer nettoyée après des tags ce week-end

faits divers
façade nettoyée
La façade du ministère des Outre-mer a été nettoyée après que des tags ont été réalisés dans la nuit du 7 au 8 novembre 2020, à la veille du procès de Keizah Nuissier en Martinique. ©Jean-Michel Mazerolle
Dans la nuit de samedi à dimanche, des tags faisant référence à l'affaire Keziah et accusant une justice et une gendarmerie "coloniales" ont été réalisés sur la façade du ministère des Outre-mer à Paris. Le procès de Keziah Nuissier, militant anti-chlordécone, a lieu actuellement en Martinique.
Ce lundi matin, les façades du ministère des Outre-mer dans le 7e arrondissement de Paris étaient de nouveau vierges. Mais un œil attentif peut encore y voir des traces des tags en référence à l'affaire Keziah Nuissier. Ils ont été réalisés dans la nuit de samedi à dimanche vers 5 heures par des individus cagoulés, indique le ministère à Outre-mer la 1ère.
 
façade MOM
Les traces de nettoyage de la façade sont visibles et de la peinture subsiste sur les pavés devant le ministère des Outre-mer dans le 7e arrondissement de Paris. ©Jean-Michel Mazerolle
 
"Justice coloniale", "gendarmerie coloniale" ou encore "Keziah" figuraient ainsi en grandes lettres noires, ainsi que des tâches rouges faisant penser à du sang qui coule. 
 
Ils font référence à Keziah Nuissier, militant anti-chlordécone qui est jugé ce lundi 9 novembre à Fort-de-France pour des violences présumées à l'encontre des forces de l'ordre, lors de son interpellation en marge d'une manifestation le 16 juillet 2020. Le jeune homme conteste les faits. 
 
L'affaire avait secoué la Martinique et même au-delà, comme le rappellent deux députés et sept maires de l'île qui ont adressé vendredi 6 novembre un courrier au ministre de la Justice, Dans cette lettre, ils interrogent sur le déroulement des faits et sur des accusations "sans preuve". 

Les auteurs des tags, qui ont agi avec des masques, n'ont pas été interpellés pour le moment. Le ministère des Outre-mer annonce qu'il va déposer plainte afin de lancer le processus d'enquête policière puis judiciaire.