Alain Fischer : Outre-mer, "la priorité est de vacciner un maximum de gens le plus vite possible"

coronavirus
Alain Fischer
©Bertrand GUAY / POOL / AFP

Le docteur Alain Fischer, nommé le 3 décembre 2020 par le Premier ministre afin de coordonner la stratégie vaccinale de l'Etat, explique que dans les Outre-mer, il faut aussi vacciner rapidement le maximum de personnes. Interview.

Le docteur Fischer, en charge de la stratégie vaccinale, a accordé une interview à Outre-mer la 1ère, lundi 15 mars. Il explique qu'Outre-mer comme dans l'Hexagone, la stratégie doit être identique.

La priorité est de vacciner un maximum de gens le plus vite possible. La difficulté est de faire arriver le vaccin dans chaque territoire mais il y a des vaccins disponibles dans tous les territoires. Il faut que nos concitoyens comprennent l'importance de cette vaccination.

Alain Fischer

 

Les variants

La présence des variants à Mayotte et La Réunion mofidie la stratégie vaccinale : "il est préférable que les vaccins ARN (Pfizer et Moderna) soient utilisés dans ces territoires", explique le spécialiste. "C'est une spécificité de Mayotte et La Réunion. Pour les autres territoires il faut vacciner, quel que soit le vaccin. Ils sont tous efficaces et il faut largement vacciner."

Vaccination massive à Wallis et Futuna

Wallis et Futuna sera le premier territoire français pour lequel une vaccination globale va être mise en oeuvre. Le docteur Fischer ne précise pas la date de cette vaste campagne de vaccination, annoncée la semaine dernière par le gouvernement. 

regardez l'interview d'Alain Fischer, reccueillie par Henri Hélie et Nordine Bensmail : 

 

La France suspend l'utilisation du vaccin AstraZeneca jusqu'à un avis européen mardi, annonce Macron

L'interview d'Alain Fischer a été réalisée quelques heures avant cette annonce : la France, à son tour, a décidé lundi de "suspendre par précaution" l'utilisation du vaccin AstraZeneca, en attendant un avis de l'autorité européenne du médicament qui sera rendu mardi après-midi, a annoncé Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Montauban.
  

Le chef de l'Etat a dit "espérer reprendre vite" la vaccination avec ce sérum "si l'avis de l'autorité européenne le permet", alors que plusieurs pays européens ont eux aussi suspendu ce vaccin, dont l'Allemagne et l'Italie lundi. "L'Autorité européenne, l'EMA, rendra demain après-midi un avis sur le recours à ce vaccin (...) la décision qui a été prise en conformité aussi avec notre politique européenne est de suspendre par précaution la vaccination avec AstraZeneca en espérant la reprendre vite si l'avis de l'EMA le permet", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, à l'issue d'un sommet franco-espagnol.
    

Une douzaine de pays ont suspendu par précaution l'utilisation du vaccin AstraZeneca, malgré des campagnes de vaccination poussives, après le signalement d'effets secondaires "possibles" mais sans lien avéré à ce stade.