outre-mer
territoire

Annick Girardin veut revoir le système d’alerte cyclonique à La Réunion

intempéries
Annick Girardin - Tempête Fakir
©Ministère Outre-mer
Annick Girardin a réuni ce mercredi soir les représentants de Météo France, de la Sécurité Civile et du ministère de l'intérieur pour faire le point avec le préfet de la Réunion après le passage du cyclone Fakir. La ministre souhaite notamment modifier l'échelle d'alerte.
Après le passage de la tempête Fakir à La Réunion, la ministre des Outre-mer Annick Girardin a réuni hier soir les représentants de Météo France, de la Sécurité Civile et du ministère de l'intérieur pour faire un point avec le préfet de la Réunion. A l'issue de cette réunion, Annick Girardin a annoncé son soutien à la demande d'état de catastrophe naturelle, le déclenchement du fond de secours et la révision du système d'alerte cyclonique sur l'île. Elle souhaite également que l'échelle d'alerte soit modifiée. 


Malgré la surveillance météo, le phénomène s'est révélé plus important que prévu. La décision d’Amaury de St-Quentin, le préfet de la Réunion, de ne pas déclencher d’alerte rouge, ni orange a été vivement critiquée sur place. De nombreux réunionnais ont d’ailleurs été surpris alors qu’ils devaient se rendre sur leur lieu de travail.

Deux morts et de nombreux dégâts 

Dégâts Fakir
©Géraldine Blandin

La tempête Fakir a fait 2 victimes, un jeune couple ensevelie en plein sommeil dans leur bungalow de l’Etang-salé. Elle a également occasionné de nombreux dégâts notamment chez les agriculteurs. De nombreuses cultures sont dévastées, des pâturages inondés, des cannes couchées de des chemins d'exploitation sont ravinés et impraticables. La Chambre d'Agriculture demande la reconnaissance de l'état de calamité agricole. 
Publicité