Une appli pour signaler les actes homophobes dans les Outre-mer et dans l’Hexagone

société
LGBT
©George Calvelo / NurPhoto
L’association FLAG! a lancé pendant le confinement une application pour recenser les actes homophobes, sérophobes et les violences conjugales au sein des couples LGBT+. À terme, une carte répertoriant les signalements en Outre-mer et dans l’Hexagone sera rendue publique.
L’objectif premier de l’association LGBT+ FLAG! : permettre de signaler de façon anonyme les actes d'homophobies, sérophobies et de violences conjugales.

Aujourd’hui, seulement 4% des victimes d’injures osent se faire connaître et accompagner, estime l’association. Ce chiffre doit augmenter et les victimes doivent être soutenues”. 
 
Par l’intermédiaire de l’application FLAG!, victimes et témoins pourront ainsi signaler ces violences physiques ou verbales. Elles seront ensuite orientées, en fonction de leur situation, vers les démarches à entreprendre : dépôt de plainte, signalement Pharos, cellules d’écoutes…. 

Depuis son lancement, fin avril, l’application a recensé trois signalements venant des Outre-mer. Tous de Nouvelle-Calédonie.
 

Cartographie des violences

S’ils sont anonymes, ces témoignages seront datés et géolocalisés. Car le deuxième objectif de cette initiative, c’est de visibiliser les violences envers la communauté LGBT+. 

Une cartographie des signalements en Outre-mer et dans l’Hexagone sera ainsi réalisée et rendue publique “en début d’année”, explique à Outre-mer la 1ère Johan Cavirot, président de FLAG!, association LGBT+ qui représente les agents des Ministères de l'Intérieur et de la Justice, pompiers et policiers municipaux.
 

Lors des différentes réunions, revient souvent la question de l’augmentation des LGBTphobies et l’inaction des pouvoirs publics. Mais personne ne sait où, quand, comment… On nous dit que ce sont des faits fantasmés, qu’on ne peut pas traiter le problème si on ne sait pas où il est.


La carte a ainsi pour vocation d’aider les pouvoirs publics à cibler précisément les violences homophobes pour centrer leurs actions sur les zones les plus à risques. Elle permettra aussi d’avoir des données actualisées et plus concrètes, alors que le manque de statistiques sur le sujet et régulièrement dénoncé par de nombreuses associations. 

"Marrainée" par Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté, l'application donnera également lieu à la rédaction d'un rapport complet remis aux autorités publics.
 

Haine anti-LGBT plus virulente en Outre-mer

En 2018, un rapport remis par trois députés dont le Guyanais Gabriel Serville, dénonçait une haine anti-LGBT “plus virulente” dans les Outre-mer que dans l’Hexagone.

Une situation qui serait, selon le rapport, accentuée en raison du poids de la famille, de la religion, des préjugés sexistes et de l'insularité.

L’application FLAG! est disponible gratuitement sur Android et iOS. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live