Archives d’Outre-mer : 1961-2021 - Il y a 60 ans disparaissait Frantz Fanon

archives d'outre-mer
frantz fanon
Le psychiatre et essayiste martiniquais Frantz Fanon (1925 – 1961). ©DR
Le 6 décembre 1961, Frantz Fanon décédait à l’âge de 36 ans. Psychiatre, penseur et militant anticolonialiste, il laisse derrière lui un héritage sans frontières. Les archives d’Outre-mer vous proposent de revenir sur son oeuvre et sur les hommages rendus depuis sa disparition.

L’enfance martiniquaise de Frantz Fanon

Frantz Fanon est né à Fort-de-France le 20 juillet 1925, d’un père inspecteur des douanes et d’une mère commerçante. Issus d’une famille de huit enfants, tous poursuivent – comme Frantz Fanon - des études supérieures. Enfant curieux et brillant, il fréquente le lycée Victor Schœlcher, où il a un très prestigieux professeur : Aimé Césaire.

Dans l’émission "les grandes figures de notre histoire" écoutez les témoignages de Joby Fanon (son frère) et Ferriez Elisabeth (son entraineur de football) décrivant l’enfant qu’il était. Un sujet diffusé le 1er décembre 1991, réalisé par Hervé Cartelet :

©la1ere

 

Les dates clés du parcours de Frantz Fanon

En 1943, âgé de 18 ans, il s’engage dans les Forces Françaises Libres du général de Gaulle pendant la Seconde Guerre mondiale. Courageux et enthousiaste, son expérience sous les drapeaux restera contrastée : alors qu’il s’engage pleinement dans sa mission patriotique, il est confronté au racisme, et passe pour un soldat indiscipliné.

En 1946, il revient en Martinique, passe son baccalauréat et obtient une bourse d’études. Après des études de médecine à Lyon, il se spécialise en psychiatrie et obtient un poste à l’hôpital psychiatrique de Blida,en Algérie. Un virage qui marque un tournant de sa vie.

C’est mon professeur de philosophie, d’origine antillaise, qui me le rappelait un jour : Quand vous entendez dire du mal des Juifs, dressez l’oreille, on parle de vous. 

Frantz Fanon, "Peau noire, masques blancs" (1952)

 

En 1952, il publie "Peau noire, masques blancs", tiré de son doctorat de psychiatrie, dans lequel il s’interroge sur les notions d’identité, d’assimilation, de racisme. Des sujets auxquels il a été trop souvent confronté, lui, le Martiniquais installé dans l’hexagone.

En 1953, reconnu par les plus hauts représentants de la médecine à l’hôpital de Blida en Algérie, il est confronté aux injustices de la société coloniale comme aux névroses des populations qui les subissent. Il élabore des méthodes pour traiter les effets psychologiques du système colonial sur les colonisés, notamment la dépersonnalisation et la déshumanisation. Quand la guerre d’Algérie éclate, il soigne les soldats français le jour, et les combattants du FLN (Front de Libération Nationale) la nuit.

Le colonialisme n’est pas une machine à penser, n’est pas un corps doué de raison. Il est la violence à l’état de nature et ne peut s’incliner que devant une plus grande violence.

Frantz Fanon, "Les damnés de la terre" (1961)

 

En 1956, il démissionne de son poste hospitalier pour rallier les rangs du FLN. Quelques semaines plus tard, il est expulsé vers la Tunisie. Frantz Fanon se revendique désormais « Algérien ». Il représente les indépendantistes en Afrique, et signe quelques-uns des textes les plus influents du mouvement anticolonialiste, comme "L’An V de la révolution algérienne" (1959) et "Les Damnés de la Terre" (1961), préfacé par Jean-Paul Sartre.

Franck Fanon meurt d’une leucémie, à Washington, le 6 décembre 1961, sans connaitre l’indépendance algérienne. Tout au long de sa vie, il aura été confronté à ces questions identitaires qui s’entrechoquent avec son expérience de médecin psychiatre, d’Antillais déraciné et de militant anticolonialiste. Frantz Fanon est devenu à travers le monde, un héros de la lutte armée pour les indépendances.

60 ans après sa mort, son combat perdure. Preuve en est, plusieurs hommages lui ont été rendus au cours des décennies passées. Dans les trois reportages qui suivent, ce sont trois portraits de cet homme qui a marqué le XXe siècle.

Regardez ce reportage diffusé dans l’émission Guadeloupe Panorama, le 28 décembre 1991, diffusé sur RFO Guadeloupe :

©la1ere

 

Regardez ce reportage de Frédérico Nicotra et Mathieu Hauville diffusé sur France 3, le 10 décembre 2011 :

©la1ere

 

Regardez ce reportage de Christian TORTEL diffusé sur RFO Guyane, le 05 décembre 2011 :

©la1ere

 

La grande scène de l'Histoire

Retrouvez un numéro inédit de "La grande scène de l'Histoire", consacré à Frantz Fanon :