Archives d'Outre-mer : Journées du Patrimoine, le bagne oublié de l'Ile des Pins

archives d'outre-mer
Le bagne de l'Ile des Pins
Ile des Pins. 2008 ©YVES TALENSAC / PHOTONONSTOP / PHOTONONSTOP VIA AFP
38ème édition des Journées du Patrimoine, ces 18 et 19 septembre 2021. Ces journées, destinées à la découverte du patrimoine culturel, architecturale, industriel et historique des villes et régions, ont lieu depuis 1985. Depuis 1993, elles sont devenues "Les Journées Européennes du Patrimoine".

Les Journées du Patrimoine ouvrent aux visiteurs des lieux habituellement fermés au public. Les Archives d'Outre-mer vous proposent de découvrir un site peu connu et dont l'histoire se fond dans la végétation. Le bagne de l'Ile des Pins, en Nouvelle-Calédonie. 

Kunié, une histoire peu connue

L'Ile des Pins est située au sud-est de la Nouvelle-Calédonie. Kunié, en langue nâa kwênyii. Son nom d'Ile des Pins, lui a été donné par le navigateur James Cook, en raison de l'abondance de ses pins colonnaires. 

C’est sous le règne de Samuel et Kanendjo, fille de Kaoua Vandégou II, plus connue sous le nom de Reine Hortense, que l’île va connaître sa transformation majeure au XIXème siècle. La "Reine Hortense", détient l'autourité coutumière, sans être cheffe, ce qui ne l'empêchera pas de négocier avec les autorités coloniales lorsqu'il est question de couper l'île pour en faire une colonie pénitentiaire. 

Une histoire liée à la Commune de 1871

Déportés de la Commune à l'Ile des Pins
Représentation en glaise de la déportation des communards à l'Ile des Pins ©LEEMAGE VIA AFP

Des milliers d'insurgés de la Commune de Paris, sont condamnés à la déportation et envoyés vers la Nouvelle-Calédonie. En 1872, le sud-ouest de l'île des Pins est investi, l'est est laissé aux Kunié, les habitants de l'île. Entre 1872 et 1880, 3.000 communards et des Berbères algériens condammnés après l'insurrection kabyle vont s'y succéder. La colonie fut divisée en cinq communes, dont la plus connue est celle de Ouro. Le site a été utilisé jusqu’en 1909.

Seul le château d'eau construit en 1874 - 1875, toujours en service, reste en bon état.  Le cimetière des déportés, un peu plus entretenu, abrite 230 tombes anonymes. Aujourd'hui la végétation généreuse envahit les ruines, malgré les passionnés et historiens qui tentent de ne pas laisser mourir cette mémoire.

Reportage à l'Ile des Pins, lors des Journées du Patrimoine 2009, un reportage de Thierry Stampfler, 21 septembre 2009. RFO Calédonie

 

Pour tout savoir sur les journées du patrimoine, c'est par ici