Archives d'Outre-mer : l'Abbé Pierre toujours présent, quinze ans après son décès

archives d'outre-mer
Décès de l'Abbé Pierre
Fleurs sur les grilles du Val de Grâce, le 23 janvier 2007 ©Dominique FAGET / AFP
Il y a quinze ans, disparaissait l'Abbé Pierre, parti "pour de grandes vacances", comme il aimait à dire. Son nom reste attaché à la lutte contre l'exclusion. Son héritage, avec les Compagnons d'Emmaüs est devenu international. En Outre-mer, son empreinte reste forte, en particulier à La Réunion.

Né à Lyon, le 5 août 1912, Marie-Henri Groues, plus connu sous le nom "d'Abbé Pierre", nous quittait le 22 janvier 2007, il y a tout juste quinze ans. Toute sa vie a été consacrée à la lutte contre toutes les exclusions, et contre la pauvreté.

Abbe Pierre 1950
Abbe Pierre, et Emmaüs 1950 ©AFP / INTERCONTINENTALE / AFP

C'est en 1954, que la France va découvre cet abbé et son appel pour les personnes sans logement, devant la rigueur de l'hiver, cette année-là. Sa silhouette avec cape, barbe et béret devient familière aux Français. Son geste va permettre entre autres l'adoption et la mise en place de la loi contre les expulsions de locataires durant la période hivernale. 

Les communautés Emmaüs

Dans les années 1950, est crée la première communauté Emmaüs, d'inspiration initialement chrétienne. Les divers groupes Emmaüs actuels, en France et à l'étranger, sont sans attache religieuse. La majorité d'entre eux ont une activité économique, souvent basée sur la récupération et le réemploi, la remise en état et la revente de matériaux reçus en dons. Les personnes accueillies dans les communautés sont appelées « compagnons d'Emmaüs ».

En Outre-mer, en 1993, à Saint-Paul, à La Réunion, est créee la première "Maison Solidaire". Elle est bâtie par les futurs usagers de celle-ci. Son but est d'offrir un lieu pour aider "sans assistanat" les personnes vivant dans la précarité. Elle offre un lieu où se laver, dormir, manger, mais surtout, un endroit où la réinsertion sociale devient possible. Un lieu digne.

Regardez le reportage de Marie-Ange Frassati et Harry Gouriet, RFO Réunion, le 8 juillet 1993 :

©la1ere

 

"J'ai 82 ans, c'est tout de même un peu fou de me mettre dans un avion, mais je suis là."

L'Abbé Pierre, lors de sa visite à La Réunion en 1994

 

En 1994 l'Abbé Pierre, visite l'île de La Réunion lors d'un voyage dans l'Océan Indien. Un an après la Maison Solidaire de Saint-Paul, c'est au tour de Sainte-Clotilde d'ouvrir un nouveau lieu. Ainsi que dans la région de Saint-Denis, où dès 1994, l'association "Les Papillons d'Emmaüs" est déclarée en préfecture, le défi est de "rester debout".

Retour sur cette visite de l'Abbé Pierre à Sainte-Clotilde, un reportage de Jacques Damour et Daniel Fontaine, RFO Réunion, le 11 juin 1994

©la1ere

Aujourd'hui à La Réunion, Emmaüs est une communauté active sur toute l'île, avec des antennes dans le sud et dans le nord

L'Abbé Pierre s'est rendu également à la Martinique et à la Guadeloupe. Si dans ces territoires Emmaüs n'est pas présent de la même manière, l'esprit y est. C'est le cas des "Kazabrok", fondées sur la même philosophie des communautés Emmaüs, alliant insertion par l'activité économique. Elles sont présentes à la Guadeloupe et à la Martinique.

Les "Communautés Emmaüs", ont dépassé les frontières. En 1971, est crée "Emmaüs International", qui compte plus de trois cent groupes présents sur tous les continents. Un héritage dont serait certainement fier l'Abbé Pierre.