Athlétisme : 9 mois avant les JO de Tokyo, la guadeloupéenne Rénelle Lamote se sépare de Thierry Choffin, son entraîneur de toujours

athlétisme
L'athlète Rénelle Lamote se sépare de son entraîneur Thierry Choffin
Les athlètes français ont la bougeotte en cette fin d'année 2019. Rénelle Lamote suit la tendance en quittant son entraîneur. Voilà onze ans que la guadeloupéenne travaillait avec Thierry Choffin à Fontainebleau. Direction Montpellier avec un nouveau duo d'entraîneurs : Gilles Garcia et Bruno Gajer.
Rénelle Lamote n'a pas organisé de conférence de presse. Ni même envoyé un communiqué à l'AFP. La triple vice-championne d'Europe du 800 mètres a préféré son compte Twitter pour en faire l'annonce : la guadeloupéenne se sépare de Thierry Choffin, son entraîneur de toujours à Fontainebleau. Le tandem fonctionnait depuis onze ans. Avec des résultats : trois médailles d'argent au niveau européen. Des déceptions aussi : son élimination dès les séries aux JO de Rio en 2016 ou sa sortie en demi-finale lors des derniers Mondiaux 2019 à Doha.
 

 

Pari risqué ou choix judicieux ?

Neuf mois avant les Jeux Olympiques de Tokyo, Rénelle Lamote a choisi d'imiter Jimmy Vicaut. Le sprinteur français a tout chamboulé en quittant le martiniquais Dimitri Demonière à l'INSEP pour le soleil de la Floride et l'américain Rana Reider. Une séparation sans heurts. Juste surprenante. Pas de heurts non plus entre Rénelle et son mentor Thierry Choffin. Peut-être une forme d'usure. L'entraîneur de la guadeloupéenne a ainsi déclaré au journal l'Equipe : "Les relations, au bout d'un moment, s'épuisent un peu comme dans un couple. Il y avait des points de désaccord sur l'entraînement notamment. C'est la logique du sport."
Rénelle Lamote décevante à Doha en 2019
©AFP

Un duo pour remplacer un tandem

Direction donc Montpellier pour Rénelle Lamote qui fêtera ses 26 ans dans quelques jours. Sur place, elle va retrouver un duo : Gilles Garcia et Bruno Gajer. Le premier est manager national du demi-fond. Le second a entraîné jadis Muriel Hurtis ou encore Pierre-Ambroise Bosse. "C'est un choix difficile mais je pense qu'il faut toujours suivre son instinct" a confié Lamote.
Le contre-la-montre est donc lancé pour la numéro 1 française sur 800 mètres. La guadeloupéenne n'a que neuf mois devant elle pour retrouver son meilleur niveau avant les Jeux Olympiques de Tokyo. Il faudra pour cela que son corps la laisse tranquille. Et surtout que Rénelle Lamote parvienne enfin à vaincre certains petits blocages psychologiques qui l'empêchent d'exprimer pleinement son immense potentiel. C'est dans la tête, docteur.