Au Salon de l'agriculture, la danse polynésienne fait le bonheur des enfants

danse
Les danseurs de la troupe Aloha Tahiti show se produisent pendant le Salon de l'agriculture 2022, à Paris. ©Jeanne Péru-Gelly
La 58e édition du Salon de l’agriculture vient d’ouvrir ses portes à Paris. Beaucoup de visiteurs viennent en famille pour voir des animaux ou goûter des spécialités régionales. Au stand de la Polynésie, une troupe de danseurs plaît particulièrement aux plus petits.

Les vahinés virevoltent dans un tourbillon de plumes rouge et jaune. Très vite un attroupement se forme. Cette année, la Polynésie française est le seul territoire du Pacifique à avoir envoyé une délégation au Salon de l’agriculture. La troupe Aloha Tahiti show propose des spectacles de danses plusieurs fois par jour. Pour le plus grand bonheur des enfants. Dans la petite foule Sven, 6 ans, et sa maman, ont beaucoup aimé. "J’ai bien aimé la musique", explique timidement le petit garçon. "Ça lui a fait penser à Vaiana, le dessin animé de Disney. Je pense que c’est pour ça que ça lui a plu", poursuit sa mère.

Toareinui Hiku est danseur. Originaire des Marquises, il fait partie de la troupe. "On met un peu d’ambiance pour que les gens viennent regarder notre stand, explique-t-il. Ça plaît beaucoup. Dès qu’on danse tous les enfants sont carrément dedans. Ils sont très curieux. Comme ils regardent beaucoup Vaiana, ils demandent ‘Ah Maui est là ?’Alors on dit que non, il n’est pas là."

Retrouvez un extrait de la performance : 

La troupe Aloha Tahiti show se produit au Salon de l'agriculture 2022. ©Jeanne Péru-Gelly

Danseurs ambassadeurs

Le spectacle inquiète parfois les plus petits. "Certains enfants pleurent. Je crois que c’est à cause des costumes, c’est la première fois qu’ils voient des gens costumés comme ça. On a des plumes partout, c’est volumineux du coup les enfants ont peur, avance-t-il. C’est vrai que les coiffes, hautes de plusieurs dizaines de centimètres et très colorées, sont impressionnantes. Mais les grands sourires des danseurs suffisent à rassurer les plus timides, qui osent même demander une photo après le spectacle. Paul, 9 ans, trouve bien que "sur les costumes il y a trop de plumes !" Mais il a beaucoup aimé le spectacle, la danse et, surtout "les tatouages du danseur". Toareinui Hiku, qui danse torse nu avec des guêtres de plumes noires, est tatoué sur le bras, la cuisse, mais aussi sur la joue.

On est là pour présenter notre culture polynésienne. Je suis fier de présenter ma culture, qui est très riche.

Toareinui Hiku, danseur. 



Au stand de la Polynésie française il n’y pas que des danses et des chants. On trouve de la vanille, des perles de culture, des produits de beauté et même des confitures. Ultime clin d’œil, à côté des distributeurs automatiques de gel hydroalcoolique trône un distributeur de crème pour les mains… au monoï, évidemment.