Aux Etats-Unis des chercheurs ont créé une souris transgénique pour étudier vaccins et traitements contre le Zika

zika
Souris de laboratoire à Vienne
Souris de laboratoire à Vienne ©HANS KLAUS TECHT / APA-PICTUREDESK / APA
Des chercheurs ont créé une souris transgénique permettant de tester des vaccins contre le virus Zika. Cette souris a déjà permis de détecter une concentration du virus dans le cerveau, ce qui montrerait que le Zika peut provoquer des dommages neurologiques dans le foetus. 
Aux Etats-Unis, des chercheurs se mobilisent pour mettre au point un vaccin ou un traitement contre le virus Zika. Pour parvenir à ces objectifs, ils ont mis au point une souris transgénique sur laquelle ils vont étudier ces molécules.

Un virus et ses complications

Il s'agit du deuxième modèle animal développé depuis une semaine, ce qui devrait permettre d'accélérer les recherches pour combattre ce virus fortement soupçonné de provoquer chez l'humain la microcéphalie du foetus, un développement insuffisant du crâne et du cerveau, quand il infecte des femmes enceintes. Chez les adultes, les scientifiques pensent aussi que le Zika est lié à de rares cas du syndrome de Guillain-Barré qui peut provoquer une paralysie temporaire.

Présence du virus dans le cerveau

La nouvelle souris a été créée par des chercheurs de la faculté de médecine de l'université Washington à Saint-Louis (Missouri, centre), qui publient les résultats de leurs travaux dans la revue Cell Host and Microbe. Cette souris a permis de détecter une forte concentration du virus dans le cerveau et la moelle épinière de l'animal, ce qui montrerait que le Zika peut provoquer des dommages neurologiques dans le foetus humain.

Transmission sexuelle

Les chercheurs ont aussi détecté une charge virale élevée dans les testicules des souris mâles, confortant les données cliniques selon lesquelles le virus peut se transmettre sexuellement. "Maintenant que nous avons rendu ces souris vulnérables à l'infection par le Zika, nous pouvons les utiliser pour tester des vaccins et des anti-viraux, certaines de ces études étant déjà en cours", précise Michael Diamond, professeur de médecine à l'Université Washington qui a dirigé les travaux.

Nouveau modèle animal

"Ces modèles animaux permettent aussi de comprendre la pathogenèse du virus", souligne-t-il. Ce nouveau modèle animal de recherche sur le Zika, ainsi que celui mis au point récemment par d'autres scientifiques de l'université du Texas, sont les premiers développés depuis 1976, indique le chercheur.

Piqure de moustique

Le virus Zika a été détecté pour la première fois en Ouganda en 1947 chez un singe avant d'être isolé un an plus tard chez un moustique Aedes. Contrairement au premier modèle développé en 1976, ces nouvelles souris sont plus compatibles cliniquement, car l'infection est provoquée dans leur cas par la peau, et non pas par injection, ce qui correspond à la manière dont les humains sont infectés par la piqure d'un moustique.

Tests sur plusieurs souches

Pour l'étude la plus récente, les chercheurs ont testé cinq souches de virus Zika : celle de 1947, trois qui circulaient au Sénégal dans les années 1980 ainsi qu'une venant de Polynésie française et responsable d'infections en 2013. Cette dernière est quasiment identique à celle qui a provoqué l'épidémie actuelle en Amérique du Sud, frappant surtout le Brésil. Des tests avec les souches virales de cette dernière flambée sont en cours.