Brésil : relance du programme électronucléaire

énergie
Angra III
Vue sur le site de construction de la centrale Angra III en août 2019. ©DANIEL RAMALHO / AFP
Le Brésil veut jouer dans la cour des grands en matière d'énergie nucléaire. Brasilia a donc repris le chantier de sa troisième centrale : Angra III. Une ambition qui correspond à ses besoins énergétiques mais entre dans le cadre d'une ambition plus vaste.
Relancer le nucléaire, une énergie qui ne produit pas de CO2. C'est semble-t-il une des réponses du président Bolsonaro à celles et ceux qui lui reprochent de ne pas se soucier du réchauffement climatique. L'entreprise Electronuclear (filiale d’Electrobras qui est détenue majoritairement par l’Etat fédéral) reprend donc la construction d'Angra III, la troisième  tranche du site nucléaire d'Angra dos Reis, dans l'Etat de Rio.

Un investissement de long terme évalué à 3,2 milliards d'euros qui fournirait une puissance de 1400 mégawatts, dont l’électricité serait commercialisée à partir de 2026. Un délai nécessaire selon Leonam Guimaraes, Président d'Electronuclear :
 

Cela prend du temps parce que le modèle implique un certain nombre de parties intéressées, beaucoup de gens sont impliqués, y compris le Trésor national et le ministère de l'Économie. Il est difficile d'arriver à mettre tout le monde d’accord. C'est une mission très complexe.


Un projet ancien mais qui en annonce d’autres

Le projet, très ancien, a été plusieurs fois interrompu. La dernière tentative, avec Areva, a pris fin en 2015, suite notamment à un scandale financier qui a frappé Electronuclear. Actuellement, plusieurs partenaires potentiels étrangers se sont montrés intéressés : français avec EDF, américain avec Westinghouse, mais encore russe ou chinois.

La part du nucléaire dans la production électrique brésilienne n'est pour l'instant que de 3%. Mais le pays qui possède des gisements d'uranium compte augmenter sensiblement cette proportion. Outre Angra III, on parle, entre autres, de construire des petits réacteurs nucléaires, en partenariat avec les Etats Unis.
 
©la1ere