outre-mer
territoire

Brésil : Rio, Gay Pride et contestation

océan atlantique
Gay Pride Brésil
©Reuters
La pluie n'a pas empêché la 24e édition de la Gay Pride de Rio. A Copacabana, le défilé LGBT, haut en couleurs a critiqué le gouvernement Bolsonaro. Objectif : défendre l'environnement et, bien sûr, les droits des homosexuels menacés au Brésil. 
Un défilé en musique.  La Gay Pride se veut une manifestation et aussi, comme toujours, une fête pour défendre les droits des personnes LGBT. Pourtant, l'heure est grave. Repris par des dizaines de milliers de participants, le slogan "Bolsonaro dehors" se voulait un message politique au président brésilien réputé homophobe. Neuf  mois après son entrée en fonction, les homosexuels dénoncent une homophobie d'Etat. Mais l'inquiétude n'empêche pas la bonne humeur.
 

C'est merveilleux, cela fait 24 ans que nous essayons de montrer aux gens que nous existons, que c'est vraiment cool et que c'est vraiment important. Les gays existent et sont ici sur la plage. Bisous, au revoir. Un participant


Défense de l’Amazonie aussi

Certains ont aussi critiqué la sortie de Jaïr Bolsonaro contre les ONG. Il les avait accusées d'avoir elles-mêmes mis le feu à la forêt, pour se venger d'avoir perdu leurs subventions. D’où la colère de ce manifestant grimé en jaguar :
 

Nous savons ce qui se passe là-bas (mais) notre président dit que les ONG sont derrière, parce qu'il n'y a plus d'argent. Je représente ici un jaguar brésilien en danger d'extinction, et nous sommes tous en danger d'extinction à cause de notre gouvernement. 


Une journée de plus pour défendre la démocratie, les minorités et l'environnement. Un combat de tous les instants au Brésil face à un président aux dérapages fréquents et nostalgique de la dictature.
©la1ere




 
Publicité