outre-mer
territoire

Le Calédonien Emmanuel Kasarhérou candidat à la présidence du musée du quai Branly

culture
Emmanuel Kasarhérou
Emmanuel Kasarhérou ©MARTIN BUREAU / AFP
C’est de Polynésie que l’information a été divulguée. Emmanuel Kasarhérou est bien candidat à la succession de Stéphane Martin à la présidence du musée du quai Branly. Il l’a confirmé par téléphone à Outre-mer la 1ère.
L’information circulait depuis des semaines sans que l’intéressé ne veuille officiellement la confirmer. Cette fois, pas le choix. L’annonce a été faite par le président de la Polynésie, Edouard Fritch à l’ouverture du FIFO (festival international du film océanien). Emmanuel Kasarhérou devait faire partie du jury du festival, mais il a dû y renoncer en raison d’une audition le 7 février au sujet de sa candidature à la succession de Stéphane Martin.
 
Edouard Fritch a ainsi expliqué l’absence d’Emmanuel Kasarhérou au FIFO tout en lui adressant ses plus vifs encouragements.

Je tiens à adresser à Emmanuel mon plus vif soutien et mes plus sincères encouragements. Aussi, encourageons-le car voir demain un cousin calédonien diriger cette institution muséale de premier ordre constituerait un geste fort à l’égard des cultures et des civilisations dont certaines pièces sont conservées au sein des collections.
-Edouard Fritch

Contacté par Outre-mer la 1ère, l’intéressé s’avoue très touché par ce message du président de la Polynésie française.

Je ne m’y attendais pas. Je trouve vraiment très agréable que nos cousins polynésiens soutiennent leurs cousins calédoniens.
-Emmanuel Kasarhérou


La déclaration de Stéphane Martin

Emmanuel Kasarhérou a déposé sa candidature le 31 janvier. "C’était la date-butoir", précise-t-il. La déclaration de Stéphane Martin au journal Le Monde à quelques jours de la fin de son mandat n’y est pas étrangère. "Je souhaite que le musée se colorise, nous sommes trop blancs", affirmait-il comme s'il s'agissait d'un testament. 
 

Directeur à 25 ans

Effectivement, le nombre de conservateurs issus de la diversité en France se compte sur les doigts d’une main. Emmanuel Kasarhérou en est l’un des rares représentants. Ce Kanak n’est d’ailleurs pas un novice en matière de direction d’établissement. Dès l’âge de 25 ans, il a été nommé Directeur du musée de Nouméa. Il y est resté de 1985 à 1999.

Il a ensuite rejoint le Centre culturel Tjibaou qu’il a présidé pendant cinq ans. Emmanuel Kasarhérou s'est ensuite envolé pour Paris et le musée du quai Branly pour lequel il a organisé une exposition exceptionnelle "Kanak, l’art est une parole".
Depuis huit ans, il est adjoint au directeur du département du patrimoine et des collections, responsable de la coordination scientifique des collections. On lui doit la très belle exposition "20 ans, les acquisitions du musée du quai Branly" dont il est co-commissaire avec Yves Le Fur.  
En attendant la décision d’Emmanuel Macron sur le nom du successeur de Stéphane Martin, c’est Jérôme Bastianelli, le Président de la société des amis de Proust, qui assure l’intérim dont on ne sait pas s’il va durer des semaines ou bien des mois.
 
Publicité