publicité

Carfully, la start-up antillaise qui révolutionne le monde de la location automobile

Lancée aux Antilles, la start-up compte s'étendre dans la Caraïbe et l'Amérique du Sud. Mais pour cela, il lui faut des investisseurs. C'est ce que ses inventeurs sont venus chercher à Paris.

Carfully Start-up antillaise
  • Par Thomas-Diego Badia
  • Publié le
Au festival Autonomy, consacré à la mobilité urbaine, Yoan Saint-Louis et Satyam Dorville jouent gros. Les deux entrepreneurs antillais sont venus à Paris pour développer Carfully. Créée en 2012, leur start-up de location de voitures entre particuliers aborde un virage important. Pour poursuivre leur développement, ils doivent lever entre 800 000 et un million d'euros.

Venir dans la capitale était donc un passage obligé. "L'occasion de rencontrer des investisseurs, des partenaires potentiels, mais aussi promouvoir et faire connaître au niveau national le service monté depuis 4 ans", détaille Yoan Saint-Louis à La1ere.fr.

Se développer à l'international

S'ils parviennent à leurs fins, les deux hommes comptent étendre leur activité dans le reste de l'Outre-mer, de la Caraïbe et en Amérique Latine. Des territoires qu'ils jugent propices à la location de voitures entre particuliers, car les touristes veulent pouvoir se déplacer facilement. De plus, le réseau de transports en commun n'y est pas très développé.

Satyam Dorville (à gauche), Yoan Saint-Louis (à droite) veulent développer Carfully dans d'autres territoires. © TDB
© TDB Satyam Dorville (à gauche), Yoan Saint-Louis (à droite) veulent développer Carfully dans d'autres territoires.

"Nous voulons exporter le concept dans les destinations touristiques qui ont les mêmes problématiques qu'aux Antilles. Il n'est pas toujours évident de se déplacer d'un endroit à un autre. Les voyageurs aiment aller chez l'habitant, dans des gîtes. Ils cherchent de plus en plus l'immersion dans la population locale. L'accès n'est pas simple", reprend Yoan Saint-Louis.

Économie collaborative

Blablacar et Airbnb figurent parmi les modèles de Carfully. Têtes de pont de l'économie collaborative, elles se basent sur le partage de biens entre usagers par l'intermédiaire d'une plateforme internet. Ces sociétés permettent au particulier qui met à disposition son bien de s'enrichir. Dans le cas de Carfully, 60 % du prix de la location est reversé au propriétaire, 40 % à l'entreprise.

Les deux entrepreneurs mettent en avant "l'impact bénéfique" sur l'économie locale. "L'argent que les ménages récupèrent est directement réinjecté en Guadeloupe ou en Martinique. Nous avons reversé près de 350 000 euros aux particuliers", promet Satyam Dorville, "nous progressons grâce au bouche-à-oreille, les gens veulent rentabiliser leur auto".

Selon ses inventeurs, Carfully aurait multiplié son chiffre d'affaires par 7 en un an. Ils assurent disposer aujourd'hui de 600 véhicules en location. De quoi concurrencer les loueurs traditionnels aux Antilles ?

Sur le même thème

L'actualité 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play