publicité

Ces îles Eparses de l'océan Indien qui attisent les convoitises de Madagascar

En déplacement à Maurice à l'occasion du 51e anniversaire de l'indépendance de l'île, le président de Madagascar, Andy Rajoelina, a demandé à la France de restituer à son pays les îles Eparses. Quelles sont ces îles ? Quelle est leur histoire ? Pourquoi appartiennent-elles à la France ? 

© Wikipédia
© Wikipédia
  • Par Pierre Lacombe
  • Publié le , mis à jour le
Les îles éparses de l'océan indien sont de petites îles françaises situées au large de Madagascar. Elles sont au nombre de cinq: l'île Europa, l'île Bassas-da-India, l'île de Juan-de-Nova, les îles Glorieuses, composées par l'île Grande Glorieuse et l'île du Lys, et enfin l'île Tromelin, la seule située hors du canal du Mozambique. Ces territoires sont gérées depuis 2006 par l'administration des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF) et placés sous l'autorité du ministre des Outre-mer. 
© Google Maps
© Google Maps

Ces îles, dont la plus grande est Europa (30 Km2) et la plus petite Tromelin (1 km2), ne comptent aucune population permanente. Seuls, quinze militaires dont un gendarme se relaient tous les quarante-cinq jours, à l'exception de Tromelin, occupée par des météorologues. 
 

Des points stratégiques et économiques

La souveraineté sur les îles Éparses empoisonnent les relations franco-malgaches depuis l'indépendance de Madagascar le 26 juin 1960, date où la France lui a accordé son indépendance. Le général de Gaulle signa un décret pour confier la gestion des Éparses au préfet du département de la Réunion.
 

Je mets en garde le Quai d’Orsay pour n’importe quelle emprise de Madagascar sur les îles et îlots français avoisinants. Cela ne se justifie d’aucune manière et risque d’entraîner des inconvénients. Les îles et îlots peuvent revêtir pour nous une importance réelle, notamment en ce qui concerne nos expériences atomiques. Je n’approuve donc pas qu’on introduise Madagascar en quoi que ce soit qui se passe dans ces îles, notamment en ce qui concerne la météo

- Général de Gaulle, 26 juin 1960


Ces îles, situées sur une importante route maritime permettant de relier l’Asie et le Moyen-Orient à l’Europe et l’Amérique, permettent à la France de maintenir sa présence dans le canal du Mozambique et de bénéficier d'une importante zone économique exclusive. Malgré une surface très modeste (43,2 km2), les îles Éparses représentent, avec Mayotte, 636 km2 de zone économique exclusive (ZEE), ce qui représente la moitié de la superficie du canal du Mozambique, mais surtout les précieuses ressources qu'offrent la zone de pêche et la présence potentielle de pétrole. Les enjeux sont également environnementaux. Ces îles sont classées réserves naturelles depuis 1975 et servent de témoins pour les études scientifiques sur la pollution et le climat. 
 

Tromelin, l'île aux esclaves oubliés

© AFP
© AFP

Située à 436 kilomètres à l'est de Madagascar et à 561 kilomètres au nord de l'île de La Réunion, l'île de Tromelin  a fait l'objet d'un accord très discret de cogestion économique avec Maurice, qui en revendique la possession. Cette revendication s'appuie sur le traité de Paris du 30 mai 1814 dont l’article 8 stipulait la cession par la France au Royaume-Uni de l’île Maurice et de ses dépendances. Pour autant, Tromelin n’étant pas explicitement mentionnée dans le texte original français du traité, Paris considère que l'île appartient à la France. 

L'histoire de l'île Tromelin débute en août 1722. Cette année-là, le navire français de la compagnie des Indes, la Diane, accoste sur ce petit bout de terre. Elle est alors baptisée "Île des Sables" à cause des plages de sable blanc qui l'entourent complètement. 

L'un des faits marquant de son histoire se situe en 1761. L'Utile, un navire de la Compagnie des Indes orientales, transportant clandestinement 160 esclaves malgaches, fait naufrage aux abords de l'île. Deux mois plus tard, l'équipage repart sur un bateau de fortune en promettant aux 88 esclaves rescapés de revenir les chercher.

Mais ce n'est que 15 ans plus tard, le 29 novembre 1776 que le chevalier de Tromelin, commandant la corvette La Dauphine, récupère les huit esclaves survivants : sept femmes et un enfant de huit mois. En arrivant sur place, le chevalier de Tromelin découvre que les survivants sont vêtus d'habits en plumes tressées et qu'ils ont réussi, pendant toutes ces années, à maintenir un feu allumé alors que l'île ne possède pas d'arbre. 

  
 

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play