Le choc et l'attente des secours dans les îles dévastées de Saint-Martin et Saint-Barthélémy [SYNTHESE]

cyclones
Saint-Barthélémy après le passage de l'ouragan Irma.
Saint-Barthélémy après le passage de l'ouragan Irma. ©Kevin Barrallon / FACEBOOK / AFP
Saint-Martin et Saint-Barth se réveillent dans des paysages apocalyptiques après le passage d'Irma. Alors que le bilan humain est revu à la baisse, les dégâts matériels sont considérables. Pas d'eau, pas d'électricité, des habitations rasées. Dans ce chaos, l'acheminement des secours est compliqué.

#Le jour d'après

Ce jeudi matin, les habitants de Saint-Martin et Saint-Barthélémy se sont réveillés en plein cauchemar. Des rues inondées, des toitures arrachées, des tôles et des voitures jonchent les chaussées. Difficile encore de se déplacer dans ces deux îles.

Des "scènes d'horreur", des "paysages apocalyptiques": tous identiques, images et témoignages affluent. L'ouragan Irma, qui poursuit sa route dans les Caraïbes, a fait au moins 4 morts à Saint-Martin, aucun décès n'est à cette heure signalé à Saint-Barth. Ravagées, ces deux collectivités attendent désormais les secours.

Regardez le dernier point à St-Barth avec le journaliste de Guadeloupe 1ère, Eric Rayapin :
©guadeloupe

©la1ere

Regardez le dernier point à St-Martin avec la journaliste de Guadeloupe 1ère, Maeva Myriam Ponet :
©la1ere

©guadeloupe

#Bilan humain revu à la baisse

Dans une déclaration, ce jeudi 7 septembre, le Premier ministre estime que le passage d'Irma est une "une catastrophe inouïe et sans précédent pour Saint-Barth et Saint-Martin". Edouard Philippe revoit le bilan humain, encore provisoire, à la baisse en annonçant "quatre personnes décédées" à Saint-Martin. Aucun décès n'est signalé, pour le moment à Saint-Barthélémy. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, avait lui fait état de "huit morts et 23 blessés".

Le Premier ministre confirme que les opérations de reconnaissance ont commencé sur place. "Les dégâts matériels sont considérables, a déclaré Edouard Philippe. 95% des habitations de Saint-Martin sont touchées, 65% inhabitables".


#Sans eau et sans électricité

A Saint-Barthélémy, plus aucune production d'eau potable n'est actuellement possible, a indiqué jeudi à l'AFP le groupe Saur. Les deux usines de dessalement qui fournissent l'eau aux  10.000 habitants "sont sans électricité, donc il n'y a plus de production", a explique un porte-parole de l'entreprise. L'une d'elles, située en bord de mer, a été "assez gravement endommagée" à cause des vagues, tandis que l'autre "est abimée".
 
Les deux centrales thermiques (fioul), de 56 MW à Saint-Martin et de 34 MW à Saint-Barthélemy, ont subi des dommages et sont arrêtées. Il faudra "des semaines et des mois" avant un retour à la normale de l'électricité dans les deux îles, estime Jean-Bernard Lévy, le PDG de l'entreprise. 

 

#Dégats

A Saint-Martin, le port et l'aéroport de Grand-Case sont utilisables pour acheminer les secours. Côté sanitaire, "les blocs opératoires du centre hospitalier de Saint-Martin peuvent à nouveau être utilisés" a indiqué le Premier ministre ajoutant que "le fonctionnement de l'hôpital de Saint-Barth n'est pas altéré". A Saint-Martin, la préfecture a bien été détruite. A Saint-Barth, le Service d'Incendie et de Secours est hors service et l'aérodrome impraticable. 


#Difficultés d'acheminement des secours

Depuis ce jeudi, un pont aérien a été mis en place avec la Guadeloupe, pour acheminer des renforts humains et matériels. La Guadeloupe sert de "hub logistique". Arrivée mercredi soir, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin coordonne ces moyens. Des centaines de gendarmes, de personnels de la sécurité civile, de bénévoles de la croix rouge et de personnels de santé, sont déjà à pied d'œuvre.

L'urgence est d'acheminer eau et nourriture aux populations. Des milliers de bouteilles d'eau potable et une barge de 100m3 sont en cours d'acheminement. Un avion militaire s'est posé ce jeudi matin à Saint-Martin. Le reste des secours tente de s'approcher des îles en dépit des difficultés à établir un contact. Ce jeudi après-midi (heure locale), la ministre des Outre-mer a décolé pour Saint-Martin et Saint-Barth. (Regardez ci-dessous les images de Guadeloupe 1ère).
©la1ere

#Communication difficile

Les réseaux étant impactés, les communications avec les deux îles sont difficiles. L'opérateur Orange a annoncé un rétablissement complet du réseau mobile sur l'île de Saint-Martin et progressif sur Saint-Barthélemy. Il prévoit l'envoi rapide de renforts sur place. Mais en raison de l'importance du trafic, le réseau sur les deux îles est en partie saturé, a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'opérateur. 

L'opérateur SFR, présent en Martinique et Guadeloupe, annonce que le câble sous-marin alimentant les deux îles (et qui passe au large de Saint-Martin) a subi une rupture. Il est désormais réparé. 

#Angoisse

En attendant les appels de leurs proches, des milliers d'internautes s'inquiètent sur les réseaux sociaux. Beaucoup sont encore sans nouvelles de leurs familles (lire notre article ici). Sur Guadeloupe 1ère radio, les témoignages se multiplient à l'antenne.

A l'aéroport d'Orly ce jeudi, de nombreux habitants de Saint-Martin et Saint-Barthélémy en partance pour la Guadeloupe sont rongés par l'inquiétude. Ils sont souvent sans nouvelle de leurs familles depuis le passage du cyclone Irma. Reportage de Kelly Pujar (France Ô/Outre-mer 1ère) :
©la1ere


Le ministère de l'intérieur a mis deux numéros d'information à disposition des familles. La place Beauvau indique que ce soir que ces numéros très sollicités ont déjà reçu 92 000 appels. C'est près de 3 000 appels toutes les 15 minutes. Le service a donc été renforcé.

 

#Catastrophe naturelle

Par ailleurs, l'état de catastrophe naturelle sera signée dès demain, vendredi, a annoncé le Premier ministre pour permettre la mise en œuvre de ce régime. Les particuliers pourront ainsi être indemnisés plus rapidement.

Une réunion interministérielle se tiendra ce vendredi matin (heure de Paris) pour suivre les opérations d'urgence.

#Macron aux Antilles

En visite à Athènes, le chef de l'Etat de l'Etat a assuré que "la France toute entière est mobilisée". Auparavant, l'Elysée avait annoncé qu'Emmanuel Macron "se rendrait sur les lieux touchés par l'ouragan dès que cela sera possible sans gêner l'action des secours et que les conditions météo le permettraient".


#Solidarité

Plusieurs associations caritatives ont déjà lancé des appels aux dons pour venir en aide aux sinistrés d'Irma. C'est le cas de la Croix Rouge, de la Fondation de France ou du Secours Populaire.

Le gouvernement a demandé à la Fondation de France de centraliser le recueil des dons afin de les répartir entre les associations et organisations qui interviendront au profit des victimes.