Six personnes jugées à Rennes pour un "important trafic de cocaïne" avec la Guyane

trafic de drogue
tribunal judiciaire de Rennes
La salle d'audience du tribunal judiciaire de Rennes où sont jugées six personnes, dont cinq Guyanais, pour un important trafic de drogue (27 avril 2022). ©Kelly Pujar
En tout, six personnes, toutes d'origine guyanaise, sont jugées à partir de mercredi 27 avril à Rennes pour un "important trafic de cocaïne" entre la métropole rennaise et la Guyane. L'affaire avait commencé en décembre 2020 avec l'arrestation d'un homme en possession de plus de 40 000 euros en espèces.

Dans la salle d'audience de la juridiction interrégionale spécialisée du tribunal correctionnel de Rennes, ce mercredi 27 avril, six prévenus guyanais, jugés pour une importante affaire de trafic de cocaïne.

281 000 euros saisis 

Celle-ci a commencé le 9 décembre 2020 au péage de La Gravelle, en Mayenne. Un homme de 37 ans y est interpellé, en possession de 42 075 euros en espèce. Une perquisition est alors menée à son domicile, en Ille-et-Vilaine, par la brigade de recherches de Redon. Cette fois, les enquêteurs trouvent 281 865 euros, toujours en espèces et saisissent deux grosses cylindrées, rapporte Ouest France

L'enquête, menée par la section de recherche de Rennes avec l'appui de la section de recherches maritime et du Groupe d’intervention régional, permet alors "de relier ces sommes à un important trafic de cocaïne entre la Guyane et l'agglomération rennaise", selon un communiqué du parquet de Rennes.

Dix à vingt ans d'emprisonnement encourus

Deux ans plus tard, le 28 février 2022, trois hommes, déjà connus de la justice, et deux femmes, tous originaires de Guyane et âgés d'une vingtaine et d'une trentaine d'années, sont arrêtés et placés en garde à vue. "L’une d’elles ayant convoyé de la cocaïne depuis la région de Guyane était interpellée en possession de 7190 euros en espèces", rapporte le parquet. 

Plus de 106.000 euros en espèces ont été saisis ainsi que dix véhicules, également de grosse cylindrée.

Quatre des six prévenus ont été placés en détention provisoire et une sous contrôle judiciaire avant leur comparution à Rennes prévue du 27 au 29 avril. Ils encourent dix ans d'emprisonnement. Vingt, pour ceux qui sont en état de récidive.