Conférence asiatique du nickel : le patron de Glencore n’a pas parlé de l’Usine du Nord

nickel
Usine nickel Koniambo
Site industriel de l'usine de nickel du Koniambo en Nouvelle-Calédonie ©Alain Jeannin
La quatrième conférence asiatique du nickel s’est ouverte à Jakarta en Indonésie. Producteurs et importateurs, les principaux acteurs mondiaux du marché sont présents. Kenny Yves, le patron de la branche nickel de Glencore n’a pas parlé de la Nouvelle-Calédonie.
Le Metal Bulletin, journal de référence de la Bourse des métaux de Londres, organise l’évènement et couvre les débats.

Les brumes du Koniambo

Pas de déclaration concernant l’Usine du Nord. S’il est bien présent à Jakarta en Indonésie, Kenny Yves, le patron de la branche nickel de Glencore a finalement choisi de ne pas évoquer le grand site industriel calédonien, associé à la multinationale anglo-suisse. Ce que confirme à la 1ere.fr un analyste londonien, sous couvert d’anonymat : «c’était finalement prévisible, le sujet est stratégique et sensible pour Kenny et pour Glencore».
L’Usine du Nord devra donc patienter. Glencore a décidé de continuer à donner du temps au temps. Eventuellement jusqu’au mois de décembre.

L'Indonésie revient fort

Ce délai parait d’autant plus compréhensible que l’Indonésie semble décidée à intensifier ses exportations de métal. «217 000 tonnes seront exportées cette année, 363 000 tonnes le seront l’année prochaine» a annoncé mardi, pendant la conférence asiatique du nickel, Raden Sukhyar, le Président de l’association indonésienne des usines métallurgiques.

Si l’Indonésie entend maintenir son embargo sur les exportations de minerais de nickel, ses exportations de métal devraient donc faire un grand bond en avant. Et cela complique la donne.Le déficit de la production mondiale de nickel serait revu à la baisse. Il serait désormais de 47.000 tonnes en 2016 contre une précédente projection de 80.000 tonnes de métal selon un participant à la conférence asiatique du nickel.

Indonésie contre Philippines

Plus d’usines, plus de nickel indonésien sur un marché qui en espérait moins, mais, dans le même temps, moins de mines, moins de nickel philippin.
Cette situation amène une question. Pris entre l’Indonésie et les Philippines, comment va évoluer le cours du nickel ? A chaque jour suffit sa peine...

Ce mardi soir à Londres, le cours du métal continuait sa progression (10.300 $ + 1,40 %).


Glencore attend

Il aura suffi d’une déclaration de Regina Lopez pour maintenir une orientation positive. La ministre en charge de l’audit minier des Philippines a confirmé la fermeture de nouvelles mines, mais sans en dire plus.
Un engagement sans doute insuffisant et qui pourrait expliquer aussi la prudence du patron de la branche nickel de Glencore. Dans sa chambre d’hôtel à Jakarta, Kenny Yves ne répond pas.