Confinement : Adeline Rapon recrée des portraits de femmes antillaises

coronavirus
adeline rapon une
©Adeline Rapon
D'origine martiniquaise par son père, Adeline Rapon profite du confinement pour explorer ses racines antillaises. Sous forme d'auto-portraits, elle recrée des photographies de femmes antillaises de la fin du XIXe siècle.
Un pull noué sur les épaules, un torchon en guise de maré tèt et une embrasse de rideau comme un collier. Avec ces quelques riens du quotidien et les "2 t-shirts, 2 chemises et 3 pantalons" qu'elle a emporté dans sa valise pour le confinement sanitaire, Adeline Rapon recrée des portraits de femmes antillaises de la fin du XIXe siècle dans une série de photographies intitulée "fanm fò" ("femmes fortes" en créole).
 

Pour cette joaillière, d'origine martiniquaise par son père, cette occupation n'est pas seulement créative : "Ça me permet d’aborder le sujet des femmes, des Antilles, de la culture esclavagiste et post-esclavagiste." Seule avec son appareil photo, elle joue avec les rais de lumière qui traversent l'appartement parisien où elle est confinée pour capturer l'instant et l'atmosphère.
 

Domination et exotisation

Adeline Rapon s'inspire de cartes postales collectées sur Internet et de photographies d'époque récoltées sur des sites de généalogie antillaise. Le choix de la période n'est pas anodin, tout comme l'histoire derrière ces photos prises dans des sociétés ancrées dans le colonialisme. 
 

Toutes les cartes postales sont des points de vue quand même dominants. Ce sont des femmes qui posent certainement un peu contre leur volonté et il faut en avoir conscience. Ça se voit dans certains regards un peu perdus, apeurés. Je ne me vois pas jouer une peur factice que je ne connais pas, mais il est important de souligner que ce sont des photos qui ont un point de vue qui est extrêmement raciste et exotisant. 

 
Voir cette publication sur Instagram

Portrait confinement 14. Il arrivait que certain.e.s Antillais.e.s soient amené.e.s en Hexagone par leurs maîtres ou patrons et les raisons ont été multiples. Cependant, ils ne pouvaient (légalement en tout cas) les garder en tant qu'esclaves : beaucoup ont été servant.e.s, ou sont partis pour vivre une vie différente. On retrouve la trace de certain.e.s quand iels ont été modèles, comme Maria, prise ici en photo par Nadar. Leur profil, évidemment atypique sur le sol français où avaient encore lieu les zoos humains, a inspiré et était utilisé par bon nombre d'artistes : Matisse et Baudelaire, notamment. Ce qui ne voulait pas dire que ces Antillais.e.s étaient soudainement devenus libres de tout racisme, bien évidemment. Photo originale : "Maria, l'Antillaise", Felix Nadar, vers 1850. Trouvée sur @gallicabnf. #fanmfoseries

Une publication partagée par Adeline Rapon (@adelinerapon) le

  

Universalité

Il y a dans ces portraits une quête de soi que l'on retrouve chez de nombreux descendants de ces métissages chargés d'histoires. Une recherche "sur [s]a propre réalité" commencée il y a quelques années, après près de 20 ans sans mettre les pieds en Martinique. "J'y suis retournée en septembre dernier pour redécouvrir l'île par moi-même", raconte Adeline Rapon, "et créer ma propre histoire avec l'île, autre qu'aller à la plage et retrouver les grands-parents."
 

Je me suis rendue compte de mon attachement à l'île tout comme je me suis rendue compte que j’étais terriblement métropolitaine. C'est un travail très long mais qui est chouette. Déjà quand j'étais petite, je ramenais des CD de zouk dans les boums. Là, j'ai envie de faire la même chose : que les gens soient au courant de la culture antillaise. Qu'elle n'est pas ce que les gens disent, que ce n'est pas une culture morte. 

 

De Paulette Nardal à Malavoi

Une culture riche de personnalités comme Paulette Nardal, journaliste et femme de lettres martiniquaise, ou comme Jacob Desvarieux, fondateur du groupe Kassav', qui sait mettre en avant "le résultat culturel de ces mouvements de population liés au colonialisme, dont on ne parle pas et qu'on ne célèbre pas".
 

Alors avec chaque photographie, une par jour, Adeline Rapon partage une musique, "parce qu'il est temps que les gens arrêtent de nous sortir sans arrêt Zouk Machine (respect quand même à elles)", note-t-elle sur son compte Twitter. Dans ses sélections, Dédé Saint-Prix, Perfecta, Eugène Mona, Lycinaïs Jean et même RyCo Jazz.

En stock également, des playlists de "musique créole des années 30-40", "un dossier de photos anciennes de la Guadeloupe et de la Martinique" sur Pinterest et un appartement avec "de la place", "des draps, des torchons et des objets à détourner". Les fanm fò ont donc encore quelques beaux jours de confinement devant elles. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live