outre-mer
territoire

Le Congrès de Nouvelle-Calédonie vote "l'état d'urgence climatique"

climat
Congrès extérieur
©NCla1ère
Après les villes de Mulhouse, Paris, Aix-les-Bains et le 1er arrondissement de Lyon, c'est au tour de la Nouvelle-Calédonie de voter l'état d'urgence climatique. D'autres collectivités en Espagne, Suisse, Allemagne, Italie et États-Unis ont également pris cette mesure. 

Le Congrès de Nouvelle-Calédonie, présidé par l'indépendantiste kanak Roch Wamytan, a annoncé le 24 décembre avoir voté à l'unanimité un voeu déclarant "l'état d'urgence climatique et environnemental".

Le Congrès ajoute, dans un communiqué, qu'il "mobilisera dans des délais très resserrés chacune de ces institutions, en particulier le gouvernement de Nouvelle-Calédonie, les provinces, les communes, le sénat coutumier, le CESE, le gouvernement français, la Commission Européenne et le Conseil de l'Europe, pour assurer le plus large consensus dans la constatation de l'urgence climatique et environnementale, et la mobilisation la plus opérationnelle pour prendre d'urgence (...) les mesures concrètes nécessaires pour lutter contre cette menace avant qu'il ne soit trop tard".
           
"Les effets du dérèglement climatique affectent de plus en plus, et de manière dramatique, la Nouvelle-Calédonie : qu'il s'agisse des incendies, des sécheresses, de la crise de l'eau... nous sommes toutes et tous touchés dans nos vies, nos activités et nos familles", a expliqué le président Roch Wamytan (UC-FLNKS), à "l'initiative" de ce voeu.
           
Selon un suivi par satellite du 2 décembre réalisé par l'Observatoire de l'environnement de Nouvelle-Calédonie (Oeil), 593 incendies ont été détectés en 2019, pour une surface d'environ 37.000 hectares brûlés, ce qui fait de cette année "la plus destructrice depuis 2001 pour la Nouvelle-Calédonie", selon l'Oeil.
           

Nous n'avons plus de temps à perdre, c'est maintenant qu'il faut agir, avec conviction, détermination et de manière coordonnée. Cette urgence climatique et environnementale concerne chacune et chacun de nos élus, et l'ensemble des institutions en Nouvelle-Calédonie.
- Roch Wamytan

           
Le gouvernement de Nouvelle-Calédonie, présidé par le loyaliste Thierry Santa (Avenir en Confiance, proche des Républicains) a répondu en annonçant la tenue, en mars 2020 d'une conférence "Climat et Biodiversité", à laquelle la société civile sera associée.