Convention citoyenne pour le climat : les mesures à retenir pour les Outre-mer

écologie
Convention citoyenne pour le climat
Les 150 membres de la Convention citoyenne ont été tirés au sort ©Convention citoyenne pour le climat
Dimanche 21 juin, les 150 citoyens tirés au sort pour participer à la convention citoyenne pour le climat ont rendu 149 propositions pour agir en faveur de l’écologie sur le territoire français. Tour d’horizon des mesures à retenir qui concernent particulièrement les Outre-mer.
Sur les 150 propositions d’origines, 149 ont été définitivement retenues et présentées dimanche 21 juin à la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, par les membres de la convention citoyenne pour le climat.

À lire aussi : Convention pour le climat : quelles sont les mesures préconisées par les citoyens ultramarins ?
 
L’objectif annoncé : "atteindre une baisse d'au moins 40% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 dans un esprit de justice sociale".
Parmi les mesures proposées, certaines ont été pensées et adaptées pour les territoires d’Outre-mer. Voici les principales à retenir :
 

► Agir sur la réglementation et aider à la transition vers un parc de véhicules propres


L’objectif : faciliter et encourager l’accès à des véhicules moins polluants.

Comment ? En Outre-mer, les véhicules sont 5 à 8 % plus chers que dans l’Hexagone, souligne le rapport. Les membres de la convention demandent ainsi une augmentation de 33% du bonus écologique dans les territoires ultramarins, une aide à l'achat des véhicules économes en énergies.
“Nous proposons l’augmentation du montant du bonus spécifique pour les outre-mer à 10 000 €, en répartissant ce bonus entre le bonus poids et le bonus CO2, développe le rapport. Pour information : le bonus dépend des émissions du véhicule et de son prix. Il est de 6 000 € pour les véhicules électriques de moins de 45 000 €”.
 

►Encourager le développement et l'usage des trains


L’objectif : favoriser l’utilisation du train comme moyen de transport. 

Comment ? En s’assurant qu’il reste moins cher que d’autres alternatives de transport qui seraient plus polluantes. En Outre-mer, la convention citoyenne préconise donc un “investissement massif dès 2020 dans le développement des infrastructures pour les transports en commun propres” de la part de la SNCF et de l’Etat. Une mesure notamment soutenue par Carl S., jeune guadeloupéen membre de la convention citoyenne. Retrouvez son témoignage ici


►Développer les circuits courts


L’objectif : réduire les émissions de gaz à effet de serre liées au transport de produits alimentaires.

Comment ? En favorisant et valorisant la vente d’aliments produits localement et de manière durable par exemple. “Pour défendre et valoriser ces produits, nous avons pensé à différents outils qui comprennent la création : d’un label, de fermes municipales et de plateformes de regroupement des productions”, précise la proposition. 
Une proposition qui prend particulièrement son sens dans les Outre-mer où le recours à l’importation pour les denrées alimentaires est important. Le circuit court serait alors “un levier pour rendre leur alimentation plus faiblement émettrice de gaz à effet de serre”.


►Faire de l’éducation, de la formation et de la sensibilisation des leviers d’action de la consommation responsable


L’objectif : éduquer les citoyens à l’écologie et à la consommation durable dès le plus jeune âge afin de “changer les pratiques en profondeur" dans la société.

Comment ? Pour les membres de la convention, il faut prendre en compte les spécificités des territoires ultramarins et être innovant, par exemple "en matière d’autonomie énergétique solaire des établissements scolaires dans les territoires ultramarins”.


Et Plus généralement 

Une des principales mesures portées par la convention citoyenne pour le climat est la création par référendum du crime “d’écocide”, afin de punir les actions qui portent atteinte à l’environnement. 

On note aussi une volonté de passer à une alimentation “moins animale, plus végétale”. La proposition qui préconise la limitation de 110km/h sur les autoroutes françaises a également été adoptée.

Le 29 juin, le président de la République recevra les représentants de cette convention citoyenne afin d’étudier l’ensemble des propositions et apporter “une première réponse”. Retrouvez en cliquant ici l'ensemble des 149 mesures retenues par la convention citoyenne. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live