Coronavirus : 39 médecins et infirmiers cubains en renfort en Andorre

coronavirus
Médecins cubains
Avant son départ pour Andorre, la délégation de soignants a participé à une cérémonie d'adieu à Cuba le 28 mars. ©YAMIL LAGE / AFP
Trente-neuf médecins et infirmiers cubains sont arrivés lundi en renfort en Andorre, à la demande de la principauté, pour l'aider à faire face à l'épidémie de coronavirus, a indiqué le ministère de la Santé. 
L'Andorre devient ainsi le deuxième Etat d'Europe, après l'Italie, à recevoir l'aide directe de professionnels de la santé cubains. L'île socialiste a mis en place de longue date l'exportation de services médicaux, qui constitue l'un des moteurs de son économie. 
 

Sept morts, une soixantaine de soignants contaminés

L'Andorre avait requis ce renfort, de 12 médecins et 27 infirmiers, pour "relayer et soulager" son personnel soignant, dont une soixantaine de membres ont dû être arrêtés pour suspicion de contamination, a indiqué à l'AFP le ministre de la Santé Joan Martínez Benazet. L'épidémie de coronavirus a jusque-là fait sept morts dans le micro-Etat pyrénéen de 77.000 habitants, enclavé entre France et Espagne, tandis que 11 patients, dont une infirmière, sont hospitalisés en soins intensifs.
    
La délégation cubaine, qui compte des spécialistes en ventilation mécanique et soins intensifs, sera soumise à des tests pour vérifier que "tout le monde est en bonne santé et ne transmet pas la maladie", a ajouté le ministre.
 

Des besoins en Outre-mer

En France, plusieurs élus des Outre-mer ont aussi réclamé l'arrivée de médecins cubains, notamment aux Antilles et en Guyane. Dimanche 29 mars, le Premier ministre a répondu que la France allait pouvoir "recourir à des médecins qui ont des diplômes hors Union Européenne", "de façon exceptionnelle". Un décret doit être publié cette semaine.      
A Cuba, le Dr Jorge Delgado, directeur des services de collaboration médicale, a assuré l'AFP que cette délégation partait en Andorre sur la base d'une "décision personnelle et volontaire". Le programme cubain d'envoi de médecins à l'étranger avait été dénoncé l'an dernier par plusieurs pays, Etats-Unis et Brésil en tête, pour les conditions de travail de ces professionnels, dont une grande partie du salaire revient à l'Etat cubain. Sans révéler le montant de l'accord financier passé avec La Havane, le ministre andorran a précisé que la délégation serait prise en charge dans les meilleures conditions.