Coronavirus : le Crefom alerte les autorités sur la situation de Mayotte

coronavirus
Infirmier
©Fahar Ousseni
Le Conseil représentatif des Français d’Outre-mer s’inquiète de la situation de Mayotte face à l’épidémie de Covid-19. Ce département français est sous-doté en personnels soignants et en matériels, et le nombre de malade ne cesse d’augmenter.
 
Alerté par le collectif des citoyens de Mayotte, le Crefom qui regroupe en son sein près de 300 associations ultramarines, tire la sonnette d’arlarme. Pour ce collectif d’associations Mayotte ne peut faire face à une épidémie de Covid-19.
 

Situation sanitaire

"200 000 personnes, une vingtaine de lits médicalisés, une sous dotation à Mayotte en temps normal… ce serait une catastrophe sanitaire si l’épidémie se déclarait à Mayotte", affirme Daniel Dalin président du Créfom.
​​​​​
Mayotte se démarque de la Guyane, de la Martinique, de la Guadeloupe et de La Réunion avec une capacité très réduite en hospitalisation selon un rapport de la Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques (DREES), datant de 2019. L’île ne dispose que de 14 lits pour 10 000 habitants selon ce rapport, soit quatre fois moins de lits par habitants que la moyenne nationale.
   

Demande de plan d’urgence

"À situation exceptionnelle il devrait y avoir un plan exceptionnel pour limiter la casse si jamais l’épidémie venait à se répandre". 41 professionnels de santé ont été contaminés par le virus selon le bilan de l’ARS de Mayotte. Ce vendredi 10 avril, l’île compte 191 cas confirmés et deux décès.

La mesure de confinement est également difficile à respecter. "Il est impossible de confiner des gens à Mayotte comme on pourrait confiner des gens à Paris, ce n’est pas possible, déjà du fait de la promiscuité des logements" précise le président du Cran et rajoute que "tous les départements d’Outre-mer doivent bénéficier de la continuité territoriale en terme de soins".

Pour aider à la logistique dans les départements et régions d'Outre-mer, deux navires militaires ont été envoyés, l'un dans les Antilles-Guyane et l'autre pour La Réunion et Mayotte. Des soutiens jugés insuffisants par certains élus locaux. Le Mistral est arrivé ce vendredi matin à La Réunion
 
Afin de gérer cette crise en connaissance de cause, les premiers avis du conseil scientifique sur la situation dans les Outre-mer, sont attendus en début d’après-midi ce vendredi. Il se compose de 11 membres venant de multiples disciplines scientifiques.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live