outre-mer
territoire

Coronavirus : de Londres à Shanghai, la stratégie gagnante des opérateurs calédoniens du nickel 

chronique économique
Nickel
Conteneur de ferronickel calédonien pour l'acier inoxydable chez Aperam en Belgique ©Alain Jeannin
Les mesures de protection et de confinement décidées par les autorités calédoniennes, et appliquées par l’industrie du nickel, sont saluées à Londres par les analystes financiers. Au même moment, la Bourse de Shanghai publie des statistiques encourageantes pour le ferronickel calédonien. 
En ce mardi ensoleillé à Londres, tout serait presque normal, sauf les rues désertées de la City. Dans un contexte mondial de mobilisation contre la pandémie, un analyste de fastmarkets, l’une des principales agences d’information de l’industrie mondiale, a commenté et partagé avec ses collègues les décisions prises par la Nouvelle-calédonie. “La stratégie est claire, la pandémie a incité les opérateurs miniers et industriels du Territoire à prendre les bonnes décisions, et d’abord pour préserver les travailleurs du secteur. Maintenir une production de nickel excessive, dans un monde où les perspectives de la demande sont incertaines aurait, de plus, été une erreur. La décision adaptée, prise par les opérateurs calédoniens, mérite d’être applaudi.” Pour Andy Farida, les mesures décidées par le gouvernement calédonien sont les seules possibles pour éviter la propagation du coronavirus et ainsi préserver l’industrie du nickel, dont la Nouvelle-Calédonie est le berceau mondial. En résumé, l’analyste de Fastmarkets estime que Glencore, Eramet, NMC et Vale ont su anticiper et appliquer des stratégies spécifiques, adaptées à la situation, pour mieux rebondir quand l’épidémie sera vaincue…

Rebond des trois opérateurs calédoniens du nickel
Au même moment, le site d’information de la Bourse de Shanghai (SMM) indiquait que les importations de ferronickel en Chine avaient progressé de 66 % sur un an, malgré une baisse de 4 % au mois dernier, en raison de la pandémie. La Nouvelle-Calédonie étant la première productrice mondiale de ferronickel, les bourses de Paris, de Londres et de New-York ont salué, à leur manière, la stratégie des trois opérateurs du nickel présents sur le territoire. Eramet (SLN) a progressé de 11,21 %, Glencore (KNS) de 13,78 %, Vale (VNC) de 12,87 %.

Le nickel repart en hausse
Les métaux industriels et le nickel ont rebondi à Londres, capitalisant sur les Etats-Unis qui se mobilisent pour soutenir l’économie, au sens large. La perspective d’un plan de soutien américain “sans limite” permet d’espérer une stabilisation de la situation et donc de la production industrielle. La Réserve fédérale américaine s’est engagée à injecter les montants nécessaires pour assurer le bon fonctionnement des marchés et de l’économie. Le cours des métaux industriels est également soutenu par les informations évoquant la proximité d’un accord au Sénat sur un vaste plan d’aide à l’économie américaine. Le marché londonien salue, également, le fait que l’Italie, épicentre de l’épidémie en Europe, a fait état lundi d’une diminution du nombre de cas d’infections au coronavirus Covid-19 pour le deuxième jour d’affilée.

Cours du nickel (17h00 GMT) sur la plateforme électronique LMEselect de Londres 11.267 dollars/tonnes + 3,09 %