Coronavirus : quelles sont les conditions pour se rendre en Outre-mer ?

transports
Affiches de prévention à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle
Affiches de prévention à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle ©VOISIN / PHANIE / PHANIE VIA AFP
L’état d’urgence sanitaire doit être levé le 10 juillet. Cependant, cela ne signifie pas qu’il sera possible de voyager librement en Outre-mer. Tests à effectuer, quarantaine… On fait le point sur les mesures sanitaires à respecter. 
À la fin de l’état d’urgence sanitaire, effective à partir du 11 juillet, les conditions pour voyager en Outre-mer vont évoluer. Il sera obligatoire de fournir un test PCR négatif au coronavirus effectué dans les 72 heures avant le départ afin de pouvoir embarquer à bord de l’avion. Les mesures de quarantaines pourront également être supprimées. Mais certains territoires avait adopté des mesures différentes. 
   

Test Covid-19 obligatoire dès le 11 juillet 

Pour se rendre en Guadeloupe, en Martinique, à La Réunion et à Saint-Pierre et Miquelon, plus besoin d’effectuer une quarantaine à partir de la fin de l’état d’urgence sanitaire. Seul un test PCR effectué dans les 72 heures avant le départ sera obligatoire et celui-ci devra évidemment être négatif afin de pouvoir embarquer à bord de l’avion.

Un protocole d’expérimentation a été mis en place le 9 juin aux Antilles et à La Réunion avec une quarantaine de sept jours et un test Covid-19 négatif réalisé dans les 72h avant le départ. 

Saint-Pierre et Miquelon : Le dispositif de quarantaine est toujours maintenu jusqu’au 10 juillet, mais les arrivants sur l’archipel peuvent la faire à domicile. À partir du 11 juillet, il sera indispensable de fournir un test Covid-19 négatif pour entrer dans l’archipel.
 

[TEST PCR - PASSAGERS A DESTINATION DE L'ARCHIPEL] Dans la perspective de la promulgation prochaine de la loi...

Posted by Préfet de l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon on Tuesday, July 7, 2020
  

Les particularités du Pacifique

Les territoires d'Outre-mer situés dans l'océan Pacifique ont opté pour une approche différente des mesures sanitaires. Les frontières de la Nouvelle-Calédonie sont fermées jusqu’à la fin du mois de juillet. Seuls des vols de rapatriement sont effectués, et tous les entrants sur le territoire doivent effectuer une quarantaine de deux semaines. Pour le moment, il n'y a pas de précisions concernant le dispositif qui sera mis en place après la réouverture des frontières le 1er août. 

À partir du 15 juillet, il ne sera plus nécessaire d’effectuer une quarantaine avant de poser ses valises en Polynésie. Mais avant cette date, l’accès au territoire est réservé uniquement aux Polynésiens et aux personnes justifiant d’un motif impérieux. Elles devront se soumette à une quarantaine d’une semaine et effectuer un test 72 heures avant le départ, qui devra être négatif afin de pouvoir embarquer à bord de l’avion. 

En ce qui concerne Wallis et Futuna, seul territoire français à avoir été épargné par le coronavirus, l’archipel se rouvre peu à peu au monde. Les vols commerciaux depuis la Nouvelle-Calédonie ont repris le weekend du 4 juillet, à raison d’un vol hebdomadaire. La liaison passera à deux vols à partir du 15 juillet. Les Wallisiens peuvent aussi prendre depuis Nouméa des correspondances pour se rendre dans l’Hexagone. Mais dans l’autre sens, toute personne arrivant d’un autre pays que la Nouvelle-Calédonie doit se soumettre à une quatorzaine. Aucune précision n’a été faite à ce sujet pour le moment. 
 


État d’urgence sanitaire : pas la fin pour tout le monde

À Mayotte et en Guyane, l’état d’urgence sanitaire est prolongé jusqu’au 30 octobre. Les Mahorais souhaitant se déplacer ailleurs, ou les personnes souhaitant se rendre à Mayotte doivent remplir des attestations. Pour ce qui est de la Guyane, le territoire d’Outre-mer le plus touché par le virus à l’heure actuelle, le pic épidémique est attendu pour mi-juillet. Certaines parties du territoire ont été de nouveau confinées. 

Des restrictions de déplacement sont également en vigueur entre les Antilles et la Guyane. Les Guyanais souhaitant se rendre aux Antilles doivent fournir une attestation sur l’honneur et un justificatif pour voyager. Seuls les déplacements professionnels, pour motif familial et pour motif de santé sont autorisés. Les passagers devront également fournir un test au coronavirus effectué 72 heures avant le départ. Ce même dispositif existe également entre Mayotte et La Réunion.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live