Coronavirus : tout savoir si vous devez voyager en avion pendant cette période

coronavirus
Coronavirus: le gouvernement réduit drastiquement les transports longue distance
©JOEL SAGET / AFP
Alors que les territoires se calfeutrent de plus en plus pour éviter la propagation de l’épidémie de Covid-19, les vols ne sont pas tous annulés. Pour aider les voyageurs à y voir plus clair, Outre-mer la 1ère fait le point sur la situation dans le ciel.
Lors de son intervention, ce mercredi, Annick Girardin a demandé aux Ultramarins de l'Hexagone de ne pas rentrer en outre-mer pour ne pas propager davantage le coronavirus dans ces territoires. La ministre a rappelé qu’outre-mer, "les cas testés sont le plus souvent importés, soit par des croisières, soit par des déplacements depuis des zones où le virus circulait".
 
Aussi, parallèlement, les préfectures ont annoncé, les unes après les autres, qu’elles suspendaient des liaisons, notamment avec l’Hexagone. Premiers touchés : les vols d’agrément, c’est-à-dire les déplacements liés à des activités touristiques, des visites amicales, ou la participation à des cérémonies familiales, sont désormais proscrits.

Regardez les explications d'Outre-mer la 1ère :
©la1ere

 

Des restrictions et la quarantaine

Depuis quelques heures, les sites internet des différentes compagnies aériennes préviennent eux aussi : les vols sont soumis à des restrictions, notamment vers les outre-mer.

Air Caraïbes, par exemple, détaille que "seuls les passagers dont le motif de voyage répond à l’une des quatre conditions suivantes sont autorisés à voyager :
►Regroupement familial avec enfants ou personnes à charge (étudiants, personnes dépendantes...) ou obsèques
►Obligations professionnelles strictement nécessaires pour la continuité des services essentiels
►Impératifs sanitaires
►Demi-tour des passagers rentrant chez eux

 

Les aéroports

Les aéroports veillent aussi au respect de ces consignes. L’aéroport de La Réunion-Roland Garros explique ainsi : "un justificatif pourra vous être demandé à l’embarquement (livret de famille, certificat de décès, justificatif de domicile de moins de trois mois…)."

Pour les arrivants dans les territoires, ceux qui ont pu voyager, des mesures de confinement s’appliquent systématiquement. Les passagers des avions en provenance de métropole, par exemple, doivet s'engager à respecter une quatorzaine, même s’ils ne présentent aucun symptôme du Covid-19. Des mesures qui, pour l'heure, ne reposent que sur le bon vouloir des voyageurs.
 

Les compagnies débordées

Le secteur aérien est touché comme jamais, avec cette pandémie. Les plans de vol de toutes les compagnies sont revus à la baisse chaque jour. Air France, par exemple, anticipe déjà une baisse de 90 % de ses vols. Du jamais vu. "C’est une situation de crise inédite, concède Asma Kalfane, responsable commerciale représentant les compagnies Air Austral, Ewa Air et Air France à Mayotte. Des compagnies ne s’en relèveront pas."
 
Partout, les services clients sont débordés. Si le service minimum est de rigueur dans les agences (confinement et télétravail obligent), une astreinte téléphonique est toujours disponible pour les voyageurs. Malgré une révision à la hausse des effectifs des centres d’appel, les lignes sont saturées. Car à l’autre bout du fil, des milliers de voyageurs sont démunis, paniqués, et ont envie, plus que jamais, de rentrer chez eux.
 

Les dernières informations des compagnies

Alors, pour donner le plus d’informations aux détenteurs d’un billet, les compagnies mettent en place des pages web dédiées. Elles demandent aux clients de privilégier ces pages avant de se reporter sur les centres d’appel, dans la mesure du possible. Pour y voir plus clair si vous devez voyager dans les prochains jours ou les prochaines semaines à destination ou en provenance des outre-mer, vous pouvez consulter les pages web des compagnies aériennes concernées (en cliquant sur son intitué dans la liste ci-dessous), ou les appeler si urgence.
 De manière générale, les compagnies aériennes jouent le jeu avec leurs clients, en proposant d’échanger sans frais les billets de vols annulés, reportés ou devant s’effectuer pendant la période de confinement.