Coronavirus : "Nous accentuons les mesures de protection en Outre-mer" annonce Jean Castex

coronavirus
Castex et Véran 18 mars
©Martin Bureau / POOL / AFP

Le Premier ministre a donné jeudi une nouvelle conférence de presse autour de la situation sanitaire, avant des annonces d'Emmanuel Macron dans les jours à venir. Jean Castex était accompagné des ministres de l'Education Jean-Michel Blanquer, la Santé Olivier Véran et l'Intérieur Gérald Darmanin.

Au menu de ce nouveau point, la réouverture des écoles dans l'Hexagone, ainsi que l'intensification de la vaccination et le déploiement des autotests en Outre-mer, notamment. L'exécutif s'est appuyé sur une baisse des contaminations, suite aux restrictions instaurées début avril. "Le nombre quotidien de nouveaux malades a baissé de 17% en une semaine et s'établit aujourd'hui à un peu plus de 30 000 cas pas jour", a affirmé Jean Castex au pupitre avant d'ajouter : "Le pic de la troisième vague semble donc derrière nous et la baisse de la pression épidémique est engagée." 316 personnes sont mortes du Covid-19 au cours des dernières 24h, pour un total de 101 910 depuis le début de l'épidémie de Covid-19. 

Regardez l'intégralité de la conférence de presse de Jean Castex, Olivier Véran, Jean-Michel Blanquer et Gérald Darmanin :

 

Jean Castex a alerté sur la reprise de l'épidémie dans plusieurs parties du monde, notamment en Amérique du Sud et en Afrique du Sud. "L’apparition de nouveaux variants plus résistants aux vaccins, notamment au Brésil et récemment en Inde, justifie de durcir encore nos conditions, pour les arrivées en provenance des pays les plus à risque", a expliqué le Premier ministre.

Les mesures de protection contre le Covid-19 vont également être renforcées dans les territoires d'Outre-mer, a-t-il affirmé.

Nous accentuons également les mesures de protection de nos territoires d’Outre-mer qui font face à des vagues successives sans lien avec ce qui se passe en métropole. C’est le cas aujourd’hui en Guyane, en Martinique et en Guadeloupe où nous venons de renforcer nos mesures et allons intensifier le programme de vaccination, comme à Mayotte et à La Réunion qui sont exposés au variant sud-africain.

Jean Castex, Premier ministre

 

200 000 autotests expédiés en Outre-mer

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé que 200 000 autotests ont d'ores et déjà été envoyés en Outre-mer. Recommandés en priorité en milieu scolaire par le Conseil scientifique, les autotests permettent aux Français de vérifier eux-mêmes s'ils ont le Covid-19. Pour en savoir plus sur la stratégie de déploiement des autotests, écoutez le ministre de la Santé :

 

Les autotests seront distribués dans les collèges et les lycées. Pour les lycéens, ces autotests devront être réalisés une fois par semaine dans l'enceinte de l'établissement dans un premier temps, a affirmé Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éduction. "Dès demain [vendredi 23 avril], nous diffuserons des tutoriels" pour que les élèves apprennent à les utiliser seuls et peut-être qu'ils les fassent à domicile dans un second temps. 

"Nous voulons assurer les examens en présence"

La classe reprend dès lundi 26 avril dans les écoles maternelles et élémentaires. 600 000 tests salivaires seront réalisés chaque semaine dans les écoles primaires, contre 300 000 au deuxième trimestre. 

Autre annonce de Jean-Michel Blanquer : les épreuves terminales des examens sont maintenues. "Le Brevet est maintenu en tant que tel", a annoncé le ministre de l'Éducation. Pour le baccalauréat, "les épreuves de philosophie et le grand oral sont maintenus en contrôle terminal." "C'est dans l'intérêt de nos élèves et nos étudiants", a martelé le ministre. 

Les liaisons entre la Guyane et l'Hexagone

Dès samedi 24 avril, les voyageurs qui quittent la Guyane devront se soumettre à de nouvelles restrictions. Face à la multiplication des cas dûs au variant brésilien P1, les Guyanais qui se rendent dans l'Hexagone devront subir un test PCR avant de partir, ainsi qu'un test antigénique et un isolement obligatoire de 10 jours à l'arrivée. Cependant, ces contraintes n'existent pas dans le sens Paris - Cayenne, ce qui fait grincer quelques dents.

Le ministre de l'Intérieur a défendu sa décision : "Nous protégeons nos compatriotes en Guyane évidemment, le ministre des Outre-mer y est particulièrement attentif, et nous mettons déjà en place un certain nombre de mesures pour les arrivées sur le territoire guyanais, comme d'ailleurs dans le reste de l'Outre-mer. Ce qu'il y a de différent dans la situation d'aujourd'hui, c'est évidemment le variant brésilien du fait de la frontière qui est grande et qui est difficile à maîtriser avec les autres pays du continent sud-américain et singulièrement avec le Brésil, c'est évidemment une multiplication possible du variant brésilien auprès de la population guyanaise."

Renforcement des contrôles aux frontières

Par ailleurs, Gérald Darmanin est revenu sur la fermeture des frontières avec plusieurs pays. "Face à l'aggravation de la situation sanitaire au Brésil, en Inde et dans d'autres pays, nous avons pris des mesures plus drastiques." Les vols ont ainsi été suspendus le 14 avril pour le Brésil, par exemple.

"La suspension des vols ne peut pas être une mesure généralisée", affirme le ministre de l'Intérieur qui annonce, en conséquence, la "mise en place d'un sas sanitaire à compter de samedi matin." Dix jours d'isolement seront nécessaires pour tous les voyageurs en provenance du Brésil, du Chili, de l'Argentine, l'Afrique du Sud et l'Inde, et les motifs pour venir en France sont réduits. Pour embarquer, les passagers devront présenter un test PCR négatif de moins de 36h et subir un test antigénique systématique à l'arrivée en France. Les contrôles de l'isolement seront renforcés par les forces de polices.