publicité

Des députés réclament la création d'une commission d'enquête sur l'eau potable dans les Outre-mer

A l'initiative du député (LFI) de La Réunion Jean Hugues Ratenon, une proposition de résolution parlementaire vise à créer une commission d'enquête sur l'accès à l'eau potable dans les Outre-mer, la qualité de l'eau, ainsi que ses effets sur la santé. 

Distribution d'eau potable à Sinnamary © Isabel Lerouge
© Isabel Lerouge Distribution d'eau potable à Sinnamary
  • La1ere.fr
  • Publié le , mis à jour le
La proposition de résolution a été déposée en décembre 2018 par le député La France Insoumise de La Réunion Jean Hugues Ratenon. Elle est soutenue par le groupe parlementaire LFI ainsi que plusieurs parlementaires ultramarins venus de différents groupes politiques : Moetai Brotherson, Gabriel Serville, Nathalie Bassire, Mansour Kamardine, David Lorion ainsi que Maina Sage. 
 

Que dit la résolution ?

Le député Ratenon explique que dans les outre-mer, la question de l'eau potable "reste particulièrement préoccupante". Il y a d'abord la question du prix : selon l'élu réunionnais, au niveau national le prix moyen du mètre cube d'eau est de 2,03 euros. Mais il peut monter jusqu'à 5,28 euros en Martinique.

Par ailleurs, l'acheminement de l'eau est problématique dans les Outre-mer : le rendement des réseaux est de 53% contre près de 80% au niveau hexagonal. Pire, de nombreux Ultramarins n'ont tout simplement pas accès à l'eau, notamment à Mayotte et en Guyane : "On estime que près de 20% de la population ne dispose pas d'eau potable à proximité du domicile". 

En Guadeloupe, la situation est également préoccupante avec des canalisations qui ont plus de 50 ans : "60% de l'eau est perdue à cause du mauvais entretien des réseaux de distribution", estime la proposition de résolution. 
 

Qualité de l'eau 

"La qualité même de l'eau dans les Outre-mer est très loin de celle distribuée sur le territoire hexagonal", estime le député de La Réunion. "A La Réunion, 52% des Réunionnais sont alimentés par des réseaux dont la sécurité sanitaire est insuffisante". "L'impact néfaste sur la santé est avéré", conclut le parlementaire. 
 

Pourquoi une commission d'enquête ?

L'objectif de cette proposition de résolution parlementaire est de "dresser un bilan exhaustif de la situation". Si elle est créée par l'Assemblée nationale, la commission d'enquête  composée de 30 membres sera "chargée d'examiner les conditions de collecte, d'assainissement, de distribution et de facturation de l'eau potable en Outre-mer". 


La proposition de résolution


Un problème connu de longue date

La question de l'eau potable est connue de longue date dans les Outre-mer. En septembre 2018, en déplacement en Guadeloupe, Emmanuel Macron l'avait évoqué lors d'une interview à Guadeloupe la 1ère, assurant que "Le problème n'est pas nouveau et il n'est pas d'aujourd'hui. Nous devons regarder le problème. Aujourd'hui la moitié de l'eau est perdue (...) Maintenant il faut un plan de marche pour faire. Il faut que dans les deux ans à venir on en finisse avec ce problème de l'eau". Il avait même évoqué "un scandale de l'eau". Regardez : 
EMMANUEL MACRON ET LE PROBLEME DE L EAU

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play