Deux étudiants guadeloupéens récompensés par la Fondation de la Vocation

éducation
Deux étudiants guadeloupéens récompensés par la Fondation de la Vocation
Kevin Beltou et Lloyd Ligueri-Richard, étudiants guadeloupéens ©Sarah Vildeuil

Kevin Beltou et Lloyd Ligueri-Richard font partis des 30 lauréats de la Fondation de la Vocation. Lui veut être chercheur en sciences politiques tandis qu'elle veut travailler dans l’administration. Et ils viennent de recevoir une aide de 10.000 euros. 

Deux jeunes étudiants guadeloupéens aux parcours d’excellence voient leurs efforts récompensés. Kevin Beltou est originaire de Baie-Mahault et Lloyd Ligueri-Richard du Gosier. Après avoir entendu parler un peu par hasard de la Fondation de la Vocation, ils ont tenté leur chance. Leurs dossiers ont été retenus. Ils sont parmi les 30 derniers lauréats de La Fondation de la Vocation. Kevin et Lloyd viennent de recevoir une aide de 10.000 euros. C’est une aide sur le plan financier. Mais c’est aussi un soutien moral pour les deux jeunes Guadeloupéens actuellement en région parisienne.

Une nouvelle inespérée

Les deux jeunes Guadeloupéens viennent tout juste de se rencontrer en chair et en os. Kevin et Lloyd sont très fiers de représenter la Guadeloupe au sein de la Fondation de la Vocation. Lloyd se souvient encore de ce qu’elle a ressenti le jour de la bonne nouvelle."Un énorme soulagement ! J'ai crié aussi ! (rires)", raconte Lloyd. Pour elle, c'est en partie une reconnaissance des efforts qu'elle a fournis toutes ces années. 

Le soulagement, parce que ma poursuite d'études était vraiment conditionnée au fait que je puisse toucher cette bourse.

Lloyd Ligueri-Richard, étudiante guadeloupéenne

 

Lloyd est passée notamment par les universités Paris-Sorbonne et Panthéon Assas. Aujourd’hui, elle est à Sciences Po Paris et cela fait deux ans qu’elle prépare l’ENA et d’autres concours. Elle se verrait bien commencer au ministère de l’Intérieur, mais elle n’oublie pas pour autant les Outre-mer. "J'aimerais bien peut-être travailler plus tard dans une préfecture et pourquoi pas dans une préfecture en Outre-mer, et en particulier la Guadeloupe, dit Lloyd. Il y a des questions de sécurité, de prévention de la délinquance, qui sont des sujets que j'ai pu travailler pendant mes études, mes stages, mes expériences pro... J'aurais bien envie de valoriser cela dans le cadre d'un poste en Outre-mer." 

Deux étudiants guadeloupéens récompensés par la Fondation de la Vocation
Lloyd Ligueri-Richard et Kevin Beltou, étudiants guadeloupéens ©Sarah Vildeuil

Un sacré coup de pouce  

Kevin, le futur chercheur en sciences politiques, oriente depuis 6 ans ses travaux sur les Outre-mer.  Et d’ici la mi-août, il va poursuivre  avec un double cursus en histoire internationale et mondiale. Pour cela, il va intégrer deux prestigieuses écoles : l’université de Columbia à New-York, et la London School of Economics (LSE), au Royaume-Uni. "La première année à Columbia, c'est 60.000 $. L'année à la LSE, c'est plus de 23.000 £, précise Kévin. C'est quand même assez conséquent. Donc la Fondation m'a fait confiance, en faisant de moi un des lauréats de la bourse, ce qui me permet de réduire la facture que je vais devoir payer." 

Ecoutez ce reportage audio :

Deux étudiants guadeloupéens récompensés par la Fondation de la Vocation

Parallèlement à leurs études, Kevin et Lloyd travaillent pour avoir les moyens de vivre et de concrétiser leurs projets. Et ils incitent tous les Ultramarins à se battre pour réaliser leurs rêves. "Je dirais qu'il faut y aller au culot et à l'audace, affirme Lloyd. J'ai envie de passer un message de résilience aussi. On pense souvent aussi que, parce qu'on y arrive pas une première fois, on ne va pas y arriver. Alors que les échecs peuvent être aussi formateurs."

Toujours être résilient face à ses échecs. Essayer de comprendre pourquoi on n'y est pas arrivé, pour toujours essayer d'atteindre ses objectifs finaux."

Lloyd Ligueri-Richard, étudiante guadeloupéenne

 

Depuis 60 ans, la Fondation de la Vocation soutient des jeunes au parcours divers, du boulanger à l’astrophysicien en pensant par le métier de pilote, des jeunes qui ont des difficultés à poursuivre leurs rêves.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live