Coronavirus : Annick Girardin précise les mesures mises en place dans les Outre-mer

coronavirus
annick Girardin fb
La ministre des Outre-mer était l'invitée d'une émission spéciale du réseau Outre-mer la 1ère. Annick Girardin a fait le point sur la propagation du virus et les mesures mises en place. Face à la hausse des prix, elle envisage de demander aux préfets une fixation des prix de certains produits.
La ministre des Outre-mer Annick Girardin était l'invitée d'une émission exceptionnelle du réseau Outre-mer la 1ère. Elle a répondu ce mardi 31 mars en duplex du ministère des Outre-mer aux questions de Kessi Weishaupt. Durant 30 minutes, elle a fait le point sur la propagation du virus dans les Outre-mer.
 

Revoir l'émission ici

L'entretien avec la ministre des Outre-mer était diffusée en Facebook live sur la page La1ere :


"L'épidémie n'épargne pas les Outre-mer"

►La ministre a rappelé en préambule que l'épidémie n'épargne pas les Outre-mer, avec 666 cas à ce jour. "Je remercie tous ceux qui sont mobilisés et tous ceux qui respectent le confinement".

►Annick Girardin promet la transparence quant aux mesures prises dans les Outre-mer : "Ma manière de travailler c'est la transparence. L'important c'est de laisser une liberté d'adaptation aux préfets sur les territoires".

►A propos de la réduction des vols entre l'Hexagone et les Outre-mer, elle précise :"J'ai assuré une continuité territoriale pour les territoires. Il faut que les médicaments, les masques, les respirateurs rentrent. Cela pourra aller jusqu'à des ponts aériens, c'est-à-dire des avions militaires

►La ministre a également donné des chiffres sur le nombre de lits d'hôpitaux supplémentaires pour pouvoir accueillir en réanimation les malades les plus touchés : "A Mayotte, on va passer de 16 lits à 50. En Guyane, on va passer de 29 à 40 lits. A La réunion de 111 lits à 161 lits. Dans les Antilles de 45 lits à 140 lits. La mobilisation est générale dans les territoires d'Outre-mer pour se préparer.

►Concernant la polémique sur certains masques inutilisables à La Réunion, elle explique que "Les moyens mis en oeuvre dans les Outre-mer répondent aux mêmes critères que ceux mis en place dans l'Hexagone". "Il n'y a pas d'impréparation Outre-mer", dit-elle.

►Concernant l'avitaillement dans les territoires d'Outre-mer, la ministre indique que "pour l'instant il n'y a pas de raison d'avoir peur. L'avitaillement arrive par bateaux et par avions dans les territoires d'Outre-mer".

►A propos des hausses de prix constatées dans certains magasins d'alimentation, elle indique : "Je suis très vigilante sur les prix. Ce n'est pas le moment d'avoir ces prix à la hausse. Si cela devait continuer, Je n’exclus pas l’idée de demander aux préfets de fixer les prix de certains produits dans le cadre de cette crise". 
©la1ere

 

Le coronavirus dans les Outre-mer

Ce mardi 31 mars, on dénombre 666 cas cumulés de coronavirus dans les Outre-mer et 10 décès (carte interactive par ici). Pour retrouvez la chronologie de l'évolution du coronavirus dans les Outre-mer, en France hexagonale et dans le monde, retrouvez par ici notre frise chronologique