Double meurtre à Madagascar : "Nous souhaitons que toute la lumière soit faite" réagit le Quai d’Orsay

monde
Double meurtre à Madagascar : "Nous souhaitons que toute la lumière soit faite" réagit le Quai d’Orsay
Deux jeunes bénévoles français ont été tués, dimanche, sur l’île de Sainte-Marie à Madagascar. ©JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Deux jeunes bénévoles français ont été tués, dimanche 21 août, sur l’île de Sainte-Marie à Madagascar. "Nous souhaitons que toute la lumière soit faite sur cette affaire", a réagi le Quai d’Orsay, à Paris.
Deux jeunes français, bénévoles pour l’association malgache Cetamada, ont été tués, dimanche 21 août, sur l’île touristique de Sainte-Marie, à Madagascar. Leurs corps ont été retrouvés à 100 mètres d’une boite de nuit, sur une plage.
 
"Nous souhaitons que toute la lumière soit faite sur ce double meurtre, que les responsables soient identifiés et traduits devant la justice", a réagi Romain Nadal, porte-parole du Quai d’Orsay. "Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, suit cette affaire de près", selon le Quai d’Orsay, qui "soutient et accompagne les familles des deux victimes".

Ci-dessous Romain Nadal, porte-parole du Quai d'Orsay (France Ô) : 
©la1ere
 

Une enquête rapide

Une enquête est en cours à Madagascar. "C’est un double meurtre absolument abject, odieux qui a été commis", a ajouté Romain Nadal. "La France attend des autorités malgaches que l’enquête soit conduite rapidement".
 

Des mesures de protection renforcées

Le Quai d’Orsay demande également à ce que "les autorités malgaches prennent des mesures de protection renforcées". "Nous avons eu une série de crimes à Madagascar qui ne sont pas acceptables".
 
Les deux Français, âgés d’une vingtaine d’années, travaillaient depuis quelques mois pour l'association malgache Cétamada, qui œuvre pour la protection de l'environnement et des mammifères marins. Cette île, réputée pour sa nature préservée et ses rassemblements de baleine à bosse, est située au large des rivages nord-est de Madagascar, dans l'océan Indien.