Écouter les Outre-mer - Saint-Pierre et Miquelon : Excursion à la découverte de la faune marine de Saint-Pierre et Miquelon

ecouter les outre-mer saint-pierre (spm)

Balade avec le Jeune France

À Saint-Pierre et Miquelon, tout le monde connaît le Jeune France, le bateau en charge des trajets vers Langlade. Mais le navire part aussi en mer pour des excursions touristiques. Des balades où les bruits d'oiseaux se mêlent aux embruns marins et parfois aux souffles des baleines.  
Guide Jeune France
Le guide matelot Jean-Loup Berny repère la faune sauvage, avec ses jumelles. ©Marie Daoudal


"Bienvenue à bord, nous allons commencer notre balade d'observation de la faune marine". Sur le pont supérieur du Jeune France, le guide matelot Jean-Loup Berny sourit aux passagers installés sur les bancs de bois, ce mercredi 8 juillet. "Enfin, ce sera surtout une balade. Et éventuellement une observation de la faune, si on a de la chance." Une petite fille grimace et chuchote : "J'espère qu'on verra quand même des dauphins."
 
Le Jeune France effectue les rotations Saint-Pierre - Langlade.
©Marie Daoudal

Comme avant chaque promenade en mer, l'équipage du bateau - aussi en charge des traversées Saint-Pierre / Langlade - a effectué un repérage en amont. "Si on voit des rorquals, des orques ou d'autres mammifères marins le matin, on va aller du côté où on les a aperçu l'après-midi", explique Youri Perrin, matelot. "Aujourd'hui, on n'en a pas vu. Mais il y a quelques jours, le capelan a roulé à Miquelon. Ça veut dire que l'on croisera peut-être des fous de bassan. Ils mangent les petits poissons." Les membres de l'équipage connaissent bien la faune de l'archipel. "On apprend en discutant avec les anciens. Et puis avec l'expérience, on reconnaît les comportements de certains animaux."

"C'est quitte ou double. On peut voir des baleines, comme on peut ne rien voir du tout. Car Saint-Pierre et Miquelon n'est pas une zone de reproduction, c'est un lieu de passage où elles viennent se nourrir." - Jean-Loup Berny, guide matelot à bord du Jeune France


Le bateau s'élance vers la sortie du port, en direction de l'île aux Marins, "anciennement appelée l'île aux Chiens", précise Jean-Loup Berny pour les touristes. L'excursion doit durer environ une heure et demi. Elle est commentée par le guide, en charge de donner des anecdotes historiques - "on vient de passer l'île au massacre, où plusieurs baleines se seraient échouées au début du siècle dernier" - et de repérer d'éventuels animaux sauvages. 

Justement, il pointe du doigt l'horizon. "On trouve dans nos eaux des tortues luth et des tortues vertes. Droit devant, vous pouvez voir une énorme tortue verte immobile. Vous la voyez ? Mais si, c'est l'île du grand Colombier. On l'appelle aussi la tortue."
 
L'île du grand Colombier, surnommée "la tortue" par les Saint-Pierrais.
L'île du grand Colombier, surnommée "la tortue" par les Saint-Pierrais. ©Marie Daoudal

  
Des dizaines de milliers d'oiseaux 


Macareux moines, guillemots de troïl, mouettes trydactiles, petits pingouins... Plusieurs dizaines de milliers d'oiseaux nichent au grand Colombier. À l'arrivée du Jeune France, certains plongent dans la mer ou s'envolent au loin. Un spectacle à la Hitchcock que l'on ne voit qu'en été, selon Jean-Loup Berny. "Il y a peu d'endroits avec autant d'oiseaux", assure-t-il. "Mais les trois quart des espèces partent à la mi-août."
 
Le bateau repart. Cette fois, direction Langlade. "On peut souvent y voir ce qu'on appelle ici des chevreuils, c'est-à-dire des cerfs de Virginie, et des lièvres arctiques" énumère le guide matelot. "N'hésitez pas non plus à scruter la mer. Lors de notre dernière sortie de ce type, on a vu plusieurs orques." Il en profite pour sensibiliser les passagers. "Dans les marinelands, les orques vivent entre 4 à 7 ans. Dans leur milieu naturel, ils peuvent vivre jusqu'à 50 ans. Je vous laisse méditer là-dessus."

À quelques mètres de la côte, au niveau du trou du renard, le navire fait une pause pour prendre des photos. "Nous sommes privilégiés à Saint-Pierre et Miquelon", insiste Jean-Loup Berny. "La nature est relativement préservée." En haut des falaises, trois cerfs de Virginie gambadent au soleil. "Je ne les vois pas", se plaint une passagère. "Mais si ! C'est les tâches oranges, à côté des sapins", décrit sa compagne de voyage. 
 
Passagers Jeune France
Les passagers du Jeune France observent la côte de Langlade. ©Marie Daoudal

  
Chercher la baleine

 

Les jeunes femmes sont venues "entre copines". C'est la première fois qu'elle font ce type d'excursion. "On voulait voir comment c'était, et profiter du soleil", affirment-elles. "Surtout, on voulait voir des baleines." Au fil de la balade, leurs espoirs tombent à l'eau. Elles ne verront pas d'animaux marins aujourd'hui. 

Côté ornythologie, en revanche, elles sont comblées. Au retour, le Jeune France s'arrête de l'autre côté du grand Colombier : un aigle pygargue est perché au sommet de l'îlot. Plus loin, des milliers de godiches, ces oiseaux "amoureux" qui ne vivent qu'en couple, selon Jean-Loup Berny, sont installés dans les recoins escarpés d'une grotte.

Godiches
Des godiches, sur le grand Colombier. ©Marie Daoudal

L'excursion touche à sa fin. Les passagers débarquent. "J'ai vu des macarons" s'écrie fièrement la petite fille qui voulait observer des dauphins. "Des macareux", corrige sa mère. La balade a été riche en observations... mais pas tellement de la faune marine. "La prochaine fois, peut-être", sourit le capitaine du Jeune France.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live