outre-mer
territoire

"A l’encre des femmes" ouvre la nouvelle saison du "Séna" de Gerty Dambury

livres
gerty dambury
L'écrivaine et dramaturge guadeloupéenne Gerty Dambury ©DR
La saison 2018 du Séna (rencontres) de l’écrivaine et dramaturge guadeloupéenne Gerty Dambury commence samedi 31 mars à La Colonie à Paris. Thème : "A l’encre des femmes", ou comment les littératures de la Caraïbe parlent-elles des femmes ? 
Créé par la compagnie La Fabrique insomniaque sur une idée de l’écrivaine et dramaturge guadeloupéenne Gerty Dambury, le Séna, en créole, « fait référence au nom que donnaient les hommes de la Guadeloupe à des rencontres informelles qu’ils organisaient sur la place principale de leur ville ou de leur bourg. Ils s’y rencontraient pour discuter sport, politique, vie sociale locale, événements internationaux, etc. Rien n’était officiel là-dedans, tout était informel, ils se contentaient de dire à leur famille : ‘An kay o Séna’ (Je vais au Séna) », détaille le texte de présentation de l’événement.

Un espace scénique ouvert

A partir de ce modèle, Gerty Dambury a imaginé un lieu de rencontre, un espace scénique ouvert sur un thème où le public a la possibilité de s’exprimer en présence de comédiens qui lisent des textes d’auteurs de la Caraïbe. Sous la direction d’un maître ou d’une maîtresse de cérémonie distribuant la parole, les échanges, totalement libres, durent environ deux heures et sont suivis d’un repas antillais. Dans une ambiance conviviale, l’idée est de (re)découvrir des textes, des légendes ou de simples anecdotes tirées de la richesse et de la diversité des cultures caribéennes. 

Pour sa sixième année d’existence et sa 20e édition, samedi 31 mars à La Colonie à Paris, le thème sera consacré à la figure de la femme dans la littérature caribéenne. « Nous sommes partis d’un postulat qui s’est avéré sans doute faux : qu’à partir du moment où les femmes commenceraient à écrire, la manière de parler d’elles allait changer. Mais il ne semble pas que les femmes romancières antillaises aient véritablement révolutionné le regard sur les femmes », explique Gerty Dambury à La1ere.

Auteurs et comédiens

« Nous allons explorer la manière dont les hommes des années quarante ou cinquante comme Joseph Zobel ou V.S. Naipaul parlent des femmes, puis comment en parlent les romanciers qui les ont suivis, les femmes quand elles ont commencé à écrire ainsi que les femmes d’aujourd’hui », ajoute-t-elle.

Autour de Gerty Dambury et des auteurs et comédiens et Firmine Richard, Martine Maximin, TiMalo, Migail Montlouis, Marina Monmirel, Christian Julien, Jalil Leclaire et Maroussia Pourpoint, le Séna ira explorer la représentation des femmes caribéennes chez une vingtaine d’écrivains. Les littératures anglophone, francophone, hispanophone et créolophone seront conviées à ce banquet culturel. Les extraits de textes lus et des références bibliographiques seront distribuées au public. Un Séna à ne pas manquer car le prochain n’aura pas lieu avant le mois de septembre ou d’octobre.

Le Séna : samedi 31 mars à 15 h
La Colonie
128, rue Lafayette
75010 Paris
Métro Gare du Nord

Réservation souhaitée au : 06 51 11 33 64 
Publicité