Esclavage : le mémorial des Tuileries "demeure une priorité" pour Emmanuel Macron

hommage
Emmanuel Macron
Emmanuel Macron le 10 mai 2019 ©PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Le Président de la République a répondu par courrier à Jean-Marc Ayrault, président de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, affirmant que la réalisation du mémorial des Tuileries était une "priorité". Le projet a été suspendu après des discordes sur sa réalisation.

"La réalisation de ce mémorial, qui permettra d'honorer la dignité et l'humanité des victimes de l'esclavage, demeure pour moi une priorité", a affirmé Emmanuel Macron dans un courrier à l'attention de Jean-Marc Ayrault le 22 mars. Au début du mois, le président de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage avait, dans un courrier, adressé ses inquiétudes au du chef de l'État sur la réalisation du mémorial dans le jardin des Tuileries à Paris. 

L'appel à candidatures pour ce projet, lancé en 2020, a suscité des dissensions ces dernières semaines. Plusieurs artistes et associations réclament de voir figurer sur le monument les noms des 200 000 personnes émancipées par le décret du 27 avril 1848. Une volonté qui ne fait pas l'unanimité. "Les noms ou rien", s'était insurgée l'association CM98, tandis que d'autres, comme l'artiste guadeloupéenne Joëlle Ferly, estimaient qu'"en affichant ces noms l'État français allait droit au ridicule."

 

Des "malentendus" qui "semblent pouvoir être dissipés par un dialogue entre les parties prenantes du dossier, ministères, associations et artistes, afin de garantir à tous que les termes du cahier des charges seront respectés, notamment la prise en compte des noms des affranchis de 1848", avait considéré Jean-Marc Ayrault dans son courrier. Ce dernier demandait également un ajustement "nécessaire" du budget pour garantir la réalisation du mémorial avant la fin du mandat d'Emmanuel Macron en 2022.

Pas de consensus, pas d'œuvre

Près de cent artistes ont présenté des projets pour ce mémorial qui a pour objectif de créer un lieu de mémoire célébrant l'abolition de l'esclavage et rappelant "l'universalité des droits fondamentaux de la liberté". Mais une semaine après la lettre du président de la FME, l'appel à candidatures a été annulé, face au différend sur les noms.

"Les désaccords apparus en cours de procédure ne permettent pas de recueillir un consensus", a déploré Emmanuel Macron dans sa lettre. "Or, la portée symbolique de ce projet de mémorial national, qui se doit être fédérateur, impose de garantir la sérénité du processus et une réception favorable de l'œuvre." L'inauguration aurait dû se tenir le 23 mai prochain, à l’occasion de la journée nationale en hommage aux victimes de l'esclavage, en présence du chef de l’État et de l'artiste sélectionné. L'Elysée assurait début mars que des discussions étaient en cours la suite du projet.

Retrouvez ici le courrier de Jean-Marc Ayrault et la réponse d'Emmanuel Macron :

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live