Fabriqué en France : les Outre-mer s’exposent à l’Elysée

technologies
Salon Fabriqué en France
©Outre-mer la 1ère
Le 3 et 4 juillet, 126 entreprises et artisans ont été mis à l’honneur dans les salons de l’Elysée à l’occasion de la "Grande exposition du Fabriqué en France". Parmi les exposants, l’ensemble des territoires d’Outre-mer sont représentés.

Pour sa deuxième édition, la Grande exposition du Fabriqué en France a accueilli des exposants venus de toute la France.

Un point mis en avant par le président de la République dès l’inauguration de l’événement :

La sélection est très représentative des forces de l’usine et de l’atelier France, d’abord parce que les produits ici exposés viennent de tout le pays. Toutes les régions sont représentées, y compris nos territoires d’Outre-mer.

Emmanuel Macron

 

Du champagne à l’ananas

Fèves de cacao de Nouvelle-Calédonie, rhum Clément de Martinique, huile de Tamanu venue de Wallis et Futuna… chaque territoire est représenté par un produit, parfois très original, comme le Brut d’ananas de Tahiti.

Le Brut d'ananas a surpris les visiteurs
Le Brut d'ananas de Tahiti ©Outre-mer la 1ère

 

Un champagne à base d’ananas qui a attiré l’attention des visiteurs, surpris par le produit : "Je connais le rhum, mais ça je n’en ai jamais entendu parler !", s’amuse une passante. Son amie abonde : "Et l’ananas on adore ça donc on est vraiment très curieuses !"

 

Des sargasses dans les lunettes

Pour représenter le Fabriqué en France, 126 stands. Des produits remarquables du terroir, choisis entre plus de 2 000 dossiers.

Parmi ceux-là, les lunettes guadeloupéennes se montrent particulièrement innovantes. Dans la monture, des algues sargasses ont été incorporées. "Pour moi c’était un challenge de pouvoir incorporer cette algue, explique Richard Trèfle, directeur général de Bellatrix. On a fait beaucoup de recherches pour arriver à un résultat parfait."

Des sargasses dans les lunettes
Des sargasses dans les montures de lunettes ©Outre-mer la 1ère

 

Des innovations venues d’Outre-mer

Dans les jardins, un lampadaire solaire venu de Guyane s’expose pour la première année. Une expérience positive pour Philippe Byron, directeur général de Solamaz : "J’ai eu quelques contacts avec des maires qui sont intéressés par ce produit pour des pistes cyclables, des voies piétonnes où mettre un lampadaire classique, raccordé au réseau, nécessite des investissements qui sont beaucoup plus élevés."

Des produits ultramarins qui ont mis en avant le Fabriqué en France le temps d’un week-end.

Retrouvez le reportage de nos équipes d'Outre-mer la 1ère :