publicité

[Fact-checking] Les annonces dans le domaine économique d'Annick Girardin à La Réunion sont-elles nouvelles ?

Après des annonces pour le social lors de son premier jour de visite, la ministre des Outre-mer a annoncé jeudi une série de mesures en matière d'économie, de logement et d'emploi pour La Réunion. Quelles sont les nouveautés, quelles sont les points déjà annoncés ? La 1ère.fr a vérifié.

© Antoine Garnier (Réunion la 1ère)
© Antoine Garnier (Réunion la 1ère)
  • Marie Boscher/David Ponchelet
  • Publié le , mis à jour le
Deuxième jour de visite à La Réunion et deuxième salve d'annonces pour la ministre des Outre-mer. Jeudi soir, Annick Girardin a détaillé une série de mesures en matière d'économie, d'emploi et de logement lors d'une conférence de presse. Elle a particulièrement insisté sur la notion de dignité. Regardez son intervention : 
 

Cette réforme propose zéro charge autour du SMIC pour faciliter les embauches. Nous avons voulu là favoriser un certain nombre de secteurs : la production locale, l'industrie, l'agriculture, le tourisme, le BTP, l'environnement. Ce sont près de 40 millions d’euros de charges en moins dans ces secteurs.

VOTÉ - Juste avant de s'envoler pour La Réunion, Annick Girardin a fait voter à l'Assemblée Nationale un amendement au Projet de loi pour le financement de la sécurité sociale (PLFSS) permettant un supplément de 130 millions d'euros pour les exonérations de charges pour l'Outre-mer. Dans le détail, La Réunion devrait en bénéficier à hauteur de 41 millions d'euros selon l'annonce faite par Annick Girardin à l'Assemblée Nationale en réponse à la question du député David Lorion. "L'emploi sera permis parce que nous serons à zéro charge pour les entreprises", expliquait-elle. Cette annonce fait partie des mesures sur lesquelles Annick Girardin a expliqué avoir travaillé avant son déplacement à La Réunion. 
 

Soutenir la croissance des entreprises, ça se fait aussi en diminuant les impôts grâce à la nouvelle zone franche d’activité que l’on va mettre en place à compter du 1er janvier 2019. L’imposition sur les sociétés sera deux fois plus faible que ce que l’on connaît aujourd’hui à l’île Maurice.

DÉJÀ ANNONCÉ - Dans le budget 2019 pour l'Outre-mer, il était déjà annoncé que les niveaux d'exonération des zones franches d'activités "nouvelle génération" seront "bonifiés". Le taux d'abattement pour l'impôt sur le bénéfice dans le régime de droit commun passera donc de 35% à 50% et celui pour le régime majoré, de 60 à 80%. En réponse à la question d'un journaliste à la fin de la conférence de presse, la ministre Annick Girardin a précisé que le taux d'imposition sera de 7%. 
 

La défiscalisation industrielle est prolongée jusqu’en 2025. [...] La Réunion peut attendre près de 500 millions d’euros entre 2019 et 2022 pour relancer l’activité économique et créer concrètement des emplois si les collectivités sont au rendez-vous.

DÉJÀ ANNONCÉ - Même chose pour le prolongement de la défiscalisation : c'était annoncé dans le budget 2019. Annick Girardin précise ici dans quelle mesure ce dispositif bénéficiera spécifiquement à La Réunion.
 

Côté logement, rappel des mesures déjà prises


Principale préoccupation des Réunionnais et Réunionnaises avec l'emploi et le pouvoir d'achat, le logement n'a pas fait l'objet de nouvelles annonces. La ministre a rappelé le vote de deux mesures au Parlement : l'augmentation des prêts locatifs sociaux et l'extension aux bailleurs privés des crédits d'impôts en faveur du logement social. Interrogée par une journaliste sur le nombre de logements sociaux qui seront construits, la ministre a répondu : "Je n'ai pas le chiffre, j'ai la somme", sans donner de détail. 

Annick Girardin a également évoqué le rétablissement temporaire pour l'Outre-mer du dispositif allocation accession qui devrait bénéficier à 350 familles à La Réunion pour un an. A été rappelé également le plan "action coeur de ville" qui doit permettre de reconquérir les centres-villes. Le programme concerne les villes du Port, de Saint-André, Saint-Joseph et Saint-Pierre à La Réunion.
 

Dès les prochaines semaines je lancerai une conférence logement pour donner un nouveau souffle au plan logement outre-mer. Je le ferai avec l’ensemble des territoires d’outre-mer à Paris.

DÉJÀ ANNONCÉ - Cette conférence logement est en fait déjà prévue : elle était annoncée dans le livre bleu pour les Outre-mer, le document rassemblant toutes les décisions prises pendant les Assises des Outre-mer en 2018 : "Le Gouvernement organisera à la rentrée une grande conférence destinée à mobiliser l’ensemble de ses partenaires pour donner un nouveau souffle à la politique du logement outre-mer."
 

L'emploi, vraie nouveauté dans les annonces


En déplacement à La Réunion, la ministre du travail Muriel Pénicaud avait annoncé la semaine dernière le maintien de 11 000 contrats aidés, ou "parcours emplois compétences" (PEC) pour 2019. 
 

Mais j’ai obtenu avant mon arrivée à La Réunion 500 contrats de plus pour des CDI dans les entreprises et 500 pour le secteur associatif, qui devront par contre être attribués avant la fin de l’année 2018. Avec le reliquat qui existe déjà de 900 contrats qui sont en attente de signature, c’est 1900 emplois qui pourront être pourvus d’ici 1 mois si l’activité reprend au plus vite

- Annick Girardin, le 29 novembre 2018 à La Réunion

NOUVEAUTÉ - C'est ici un point important attendu par les Réunionnais et Réunionnaises. De nombreuses manifestations avaient eu lieu dans l'île à l'été 2017 lorsque le gouvernement avait annoncé la suppression de contrats aidées, et la rentrée scolaire avait même été décalée de plusieurs jours dans 18 communes sur 24. La ministre a précisé que "la participation de l'état" dans ces contrats aidés "sera dans certains cas un peu plus élevée", afin de répondre au mieux aux besoins.

Elle en a profité pour demander à nouveau la levée des barrages afin que l'activité économique puisse reprendre dans le territoire et que les enfants puissent retourner à l'école, soulignant des "comportements inacceptables" de la part d'une "minorité [qui] souhaite le chaos". 
 

Ce recrutement doit être transparent alors l’attribution de ces contrats se fera par pôle emploi qui sera chargé de recruter les candidats.

DÉJÀ EN PLACE - Transformés en PEC depuis janvier 2018, les contrats aidés reposent "avant tout sur le diagnostic réalisé par le conseiller public du service public de l'emploi", avec notamment en première phase de recrutement, "un entretien tri-partite [avec] le référent prescripteur, l'employeur et le futur salarié", selon le site du gouvernement.
 

Le monde agricole s’est engagé à mes côtés pour recruter et former jusqu’à 200 jeunes par années et 50 immédiatement.

NOUVEAUTÉ - Cette annonce est le fruit de discussions entre la ministre des Outre-mer et les agriculteurs au deuxième jour de sa visite à La Réunion. Annick Girardin a expliqué que ces initiatives seront "accompagnées" par le gouvernement, sans donner de détail. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play