publicité

Festival de la BD d’Angoulême : les auteurs réunionnais Téhem et Appollo nommés pour le Fauve d’or

Les Chroniques du léopard (éditions Dargaud) figurent dans la sélection officielle des 45 meilleurs albums sélectionnés par le festival de la BD d’Angoulême. C’est le récit d’une amitié de deux lycéens à Saint-Denis de La Réunion pendant la seconde guerre mondiale.  
 

Téhem et Appollo à Angoulême
  • Par Cécile Baquey
  • Publié le , mis à jour le
On connaîtra ce samedi 26 janvier le nom du lauréat du Fauve d’or, le prix le plus prestigieux du festival de la BD d’Angoulême. Coup du hasard, ce petit animal a été créé par Lewis Trondheim, l’un des piliers du Cri du margouillat, la revue de BD réunionnaise dont l’équipe revient cette année à Angoulême.
 
Le fauve d'or © Yohann Bonnet / AFP
© Yohann Bonnet / AFP Le fauve d'or

Pas optimiste

Est-ce que le fauve de Trondheim portera chance à Appollo et Téhem, les fondateurs du Cri du margouillat ? Réponse ce samedi soir au théâtre d’Angoulême. Téhem est persuadé qu’il ne gagnera pas. Il prédit une victoire de Moi ce que j’aime c’est les monstres, l’album d’Emil Ferris édité par Monsieur Toussaint Louverture.


Une belle amitié

Et pourtant, l’album que Téhem signe avec Appollo ne manque pas de souffle. Les chroniques du léopard est le récit d’une belle amitié entre Lucien Turpin et Charles Hoareau, tous les deux inscrits au pensionnat du lycée Leconte de Lisle en pleine seconde guerre mondiale. On suit avec délice le parcours de ces deux lycéens qui ne rêvent que d’une chose : s’engager aux côtés de la France libre.
Turpin et Hoareau, les deux héros des Chroniques du léopard © Dargaud
© Dargaud Turpin et Hoareau, les deux héros des Chroniques du léopard


Collège Bourbon

Cet album est lui aussi né d’une amitié. Appollo et Téhem ont fréquenté le même établissement que Turpin et Hoarreau. Il y a deux ans environ, ils ont visité ensemble le collège Bourbon où il ont fait leur scolarité et cela leur a donné envie d’écrire ces Chroniques du léopard.
Lycée Leconte de Lisle (Chroniques du Léopard)
Lycée Leconte de Lisle (Chroniques du Léopard)


Cri du margouillat

Les deux auteurs se connaissent depuis l’âge de 11 ans. Ils ont fondé le Cri du margouillat, mais ils n’avaient jamais fait de bande dessinée ensemble. Ils se sont promis de renouveler l’expérience et travaillent en ce moment sur un projet sur l’abolition de l’esclavage. 
Appollo © Dargaud
© Dargaud Appollo
Téhem © DR
© DR Téhem


Les frères Vergès et Barre

Dans les Chroniques du léopard, Hoareau et Turpin fréquentent des lycéens qui deviendront par la suite d’illustres personnages, les frères Vergès et Raymond Barre. Les portraits qu’en dresse Appollo, le scénariste, ne sont guère flatteurs, mais très amusants. "Ils étaient vraiment scolarisés au même moment, précise Téhem. On a retrouvé leurs bulletins de notes et effectivement il y avait de la compétition".

 

Un surveillant tyrannique

Au lycée, Turpin et Hoareau ont à faire avec un surveillant décrit comme tyrannique dont le surnom Laï-Hang rappelle l’épicerie où il va s’approvisionner en bières. "C’est un personnage de fiction", précise Téhem.
 

La Réunion pendant la guerre

Grâce à ces Chroniques du léopard, le lecteur est plongé dans l’histoire de La Réunion des années 40. Les injustices sociales, la misère, les restrictions font partie du cadre dans lequel se déroule les aventures des deux héros.

Pour mettre au point cette histoire, Appollo et Téhem se sont beaucoup documentés sur le contexte historique. "C’est une période assez méconnue à La Réunion, précise Téhem à La1ère. Une photo m’a particulièrement choquée. Il s’agit des vichystes faisant le salut fasciste au gouverneur sur le Barachois à Saint-Denis". À La Réunion, guerre était loin, mais très présente aussi.

►Pour en savoir plus : 
Décryptage BD Outre-mer

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play