outre-mer
territoire

France 98 : vingt ans après, que sont devenus les Ultramarins champions du monde ?

football
Collage football
©AFP
Thuram, Diomède, Karembeu, Henry et Lama, ils sont cinq Ultramarins à avoir participé à l’unique sacre des Bleus en Coupe du Monde. Vingt ans après France 98, tous ont raccroché les crampons. Certains ont rebondi là où on ne les attendait pas. Tour d’horizon des reconversions.

Bernard Lama

Bernard Lama
©Eric Piermont : AFP
Fils de médecin, l’ancien gardien des Bleus âgé aujourd’hui de 55 ans est reparti vivre sur les terres de son enfance en Guyane. L’ex-international s’est reconverti entrepreneur. Depuis 2012, le Guyanais est à la tête de Dilo, une entreprise de production d’eau minérale et de source. L’usine produit un tiers de l’eau vendue en Guyane. Une dizaine de personnes travaillent au sein de sa société.

Après une éphémère expérience en tant que sélectionneur du Kenya en 2006, Bernard Lama a décidé de s’impliquer d’avantage dans le développement du sport et notamment du football dans son département. Puisqu’il est manager général de la sélection de Guyane.

Il a également fondé avec d’autres anciens joueurs l’association Diambars. Un institut qui œuvre pour l’éducation et le football dans les pays en voie de développement


Lilian Thuram

Lilian Thuram
©Christophe Simon / AFP
Le Guadeloupéen Lilian Thuram est le joueur le plus capé des Bleus avec 142 sélections à son actif. Le double buteur contre la Croatie en demi-finale du mondial 98, a mis un terme à sa carrière en 2008. Une retraite forcée à la suite d’une anomalie cardiaque détectée lors de sa visite médicale pour rejoindre le PSG.

Dix ans après, Lilian Thuram a fait du chemin. Aimé Jacquet disait de lui qu’il était le joueur qui a le plus de conscience politique. Et il ne s'est pas trompé.  Le Guadeloupéen a été membre du haut conseil à l’intégration. Une instance de réflexion et de propositions qui émet des avis consultatifs à la demande du gouvernement. Elle a été dissoute en 2012.

Très engagé, il a créé sa fondation, "Lilian Thuram Education" contre le racisme. Il a notamment écrit plusieurs ouvrages sur ce sujet. Il n’hésite pas à prendre publiquement des positions sur le racisme.

Christian Karembeu

Karembeu
©Alexander Nemenov : AFP
Depuis sa retraite sportive en 2005, le Calédonien est resté très actif notamment dans le monde du football. Il tente de promouvoir le football en Océanie d'où il est originaire. Il a d’ailleurs était nommé ambassadeur de la FIFA de cette région en 2005.

Depuis 2013, il a également intégré l’encadrement du club grec l’Olympiakos Le Pirée, en tant que conseiller du président. Il est chargé de la prospection des joueurs et des relations internationales. 

Côté  affaires, aussi original que cela puisse paraître, il a investi dans le domaine de la boulangerie industrielle notamment aux Etats-Unis. Il a aussi créé et revendu une ligne de vêtement. A 47 ans, l’ex-international des Bleus nhésite pas à rechausser les crampons pour des causes caritatives.


Bernard Diomède

Diomède
©Joe Toth / AFP
Il est l’un des joueurs les plus discrets de l’épopée du mondial France 98. Bernard Diomède a mené plusieurs projets de reconversions réussis. En 2007, il se retire des terrains pour reprendre le chemin de l’école. En 2009, il obtient son diplôme de manager sportif avec brio, puisqu’il sort major de sa promotion. Il a également passé ses diplômes d’entraineur.  Le Guadeloupéen est devenu  sélectionneur de l’équipe de France des moins de 19 ans.

Il gère aussi son académie du même nom avec son épouse Delphine. Tous deux sont animés par cette même volonté de transmettre. Basée en région parisienne, sa structure a permis à une centaine d’enfants de suivre un programme éducatif et citoyen. 


Thierry Henry

Thierry Henry
©Richard Goldschmidt / Crowdpark
Meilleur buteur des Bleus avec ses 51 réalisations, Thierry Henry a mis fin à sa carrière de haut niveau en 2014. L’Antillais est resté très proche des terrains de football.

Après quatre Coupes du monde en tant que joueur, l’ancien attaquant d’Arsenal vit en ce moment son cinquième mondial sur le banc des diables rouges. Depuis deux ans, il est le second entraineur adjoint de la sélection belge de football.

Thierry Henry est aussi devenu un consultant football de luxe. Depuis trois ans, il livre ses analyses à la chaîne Sky sport. Le média britannique a déboursé 30 millions d’euros pour s’attacher les services de l’ex-international des Bleus. Il est aujourd’hui le consultant sportif le mieux payé de la télévision.


Mondial 98 : David Régis le sixième homme 
David Régis
©Gabriel Bouys


Le footballeur martiniquais Davis Régis a lui aussi participé au mondial 98 mais pas sous le maillot tricolore. Naturalisé américain juste avant la compétition, le défenseur a pu jouer sa première Coupe du monde  avec les Etats-Unis.

" J’étais comme un gamin, quand l’hymne américain retentit. On ne peut pas se rendre compte de la sensation que cela procure, c’est tout simplement indescriptible ", se souvient David Régis.

Il a également disputé la Coupe du monde 2002 avec les Etats-Unis. Il vient d’être nommé entraîneur de l’ASPSF Thionville, club du département de la Moselle qui évolue en régional 3.

David Régis a également dirigé en 2017 la sélection de Martinique de football en tant que manager général lors de la Gold Cup.




Publicité