Gérald Darmanin détaille "la réponse ferme" de l'Etat face aux violences en Guadeloupe

coronavirus la guadeloupe
Gérald Darmanin
©Ludovic MARIN / AFP
Cinquante agents du GIGN et du Raid vont être déployés en Guadeloupe, a annoncé le ministre de l'Intérieur, samedi, pour faire face aux violences qui sévissent dans l’île depuis 48h. 31 personnes ont été interpellées, cinq ont été déférées.

Face à ces violences Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, et Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, ont réuni une cellule de crise interministérielle samedi à 18 heures. "Depuis plus de 48 heures le département de la Guadeloupe est soumis à des contestations fortes suite à la loi vaccinale," introduit Gérald Damanin, samedi soir suite à la cellule de crise interministérielle. Le ministre détaille une réponse "ferme de l'État contre ceux qui commettent le désordre public".

Pour ramener le calme, "le préfet a à sa disposition 2250 policiers et gendarmes", a expliqué Gérald Darmanin prenant en compte l'envoi de 200 policiers et gendarmes annoncé ce vendredi. Le ministre de l'Intérieur a également annoncé l'envoi d'une cinquantaine de membres du GIGN et du Raid en Guadeloupe. Il ajoute qu'"aujourd’hui 80% du personnel de santé est vacciné et que les actes inciviques empêchent les Guadeloupéens d’avoir une protection sanitaire"

Deux nuits de violence

Depuis 18h, vendredi 19 novembre 2021, la Guadeloupe est à nouveau sous cloche, avec l'instauration d'un nouveau couvre-feu, par la préfecture pour une question sécuritaire. Durant la nuit de jeudi à vendredi, les forces de l'ordre, chargées de sécuriser l'archipel et d'empêcher de nouvelles exactions, ont été prise pour cible. Les policiers et gendarmes ont sillonné l'archipel, aidés d'Hélicoptères qui survolaient les secteurs les plus chauds de la veille. Ils ont été l'objet de "nombreuses agressions", dénoncées par la préfecture, dans un communiqué, ce samedi matin : jets de pierres, tirs d’armes à feu et de mortiers. "Un blessé léger est à déplorer dans leurs rangs", indique le Palais d'Orléans de Basse-Terre.

 


Enfin, Sébastien Lecornu complète les propos de son collègue en apportant une réponse aux syndicats quant à la reprise du dialogue, entre l'Etat et les organisations. "Dès lundi soir le Premier ministre reçoit l'ensemble des élus de la Guadeloupe(..) Le dialogue va se poursuivre également sur le terrain social entre le ministère de la Santé et les personnels soignants hospitaliers (..) Un dialogue qui sera aussi étendu aux pompiers, précise le ministre. "Nous avons donné mandat au préfet de la Guadeloupe pour  poursuivre les discussions avec les élus locaux et les différentes organisations syndicales."