publicité

Grogne dans l'éducation en Guyane : grève reconductible

En Guyane, une grève "reconductible" a débuté mardi dans l'éducation nationale. Enseignants, personnel et parents d'élèves demandent plus de postes d'encadrants et un apaisement des tensions et des violences scolaires.

Le collège Auxence Contout cadenassé © Océlia Cartesse
© Océlia Cartesse Le collège Auxence Contout cadenassé
  • La1ère.fr (avec AFP)
  • Publié le
Une "grève reconductible" dans l'éducation a débuté en Guyane mardi, pour réclamer plus de postes d'encadrants et un apaisement des tensions et des violences scolaires, dans une académie quasi intégralement classée Rep+ (quartiers très défavorisés).

La mobilisation était suivie dans la matinée par 23% du personnel des collèges, 12% dans les lycées et 19,5% dans le 1er degré, selon les chiffres du rectorat communiqués à l'AFP.

Regardez le reportage de Guyane 1ère lors du blocage du collège Auxence Contout :

Mobilisation dans l'ouest

A Saint-Laurent du Maroni, deuxième ville de Guyane, qui concentre beaucoup de  mécontentements, "200 à 250 personnels et parents d'élèves" ont défilé dans les rues, une participation jugée "moyenne" par un conseiller principal d'éducation (CPE) contacté par l'AFP. Pour la première fois, les CPE de l'ouest guyanais se sont rassemblés en "collectif", très alarmiste. "Depuis des années, nous dénonçons le manque d'ouverture de postes d'assistants d'éducation", regrette ce collectif né dans la continuité des collectifs sectoriels créés lors de la grande crise sociale du printemps 2017.

Un "plan d'urgence"

Dans un courrier au recteur, le collectif, soutenu par tous les syndicats, déplore aussi le manque de moyens mis à disposition par l'Etat et les collectivités à Saint-Laurent du Maroni, où un habitant sur deux est mineur : "un seul établissement sur 8 scolaire dispose d'une cantine", "il n'y a que trois éducateurs à l'aide sociale à l'enfance, les familles d'accueil sont surchargées avec 8 enfants par famille".

Le collectif attend de la collectivité territoriale de Guyane (CTG) un "plan d'urgence" pour la construction d'un collège et d'un lycée comme "cela avait été acté pendant les mouvements sociaux".

Regardez le reportage de Guyane 1ère suite à la rencontre lundi entre le recteur et la communauté éducative :

L'inquiétude des élus

Les élus de Guyane interpellent depuis plusieurs jours le gouvernement. "L'ensemble des établissements est aujourd'hui en proie à une vague insupportable de violence (...) ils se trouvent en situation chronique de sous-effectif, amplifié par le non-remplacement de certains postes d'encadrement en contrat aidé" ont écrit les parlementaires dans une lettre au ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer.

"Force est de constater que les conventions destinées à prévenir les situations de violence et d'incivilités (dans et aux abords des bâtiments) sont désormais très largement insuffisantes", a aussi jugé le président de la CTG, Rodolphe Alexandre (divers gauche) dans un communiqué.

L'Accord de Guyane

Le préfet de région a convoqué les élus pour une réunion vendredi. Lors de la crise de 2017, le gouvernement avait acté dans le cadre de l'Accord de Guyane "400 millions d'euros d'ici 2026 pour les constructions scolaires" et "80 intervenants en langue maternelle" pour les 44.000 écoliers de l'académie.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play