outre-mer
territoire

Guillaume, Réunionnais, porte-parole des policiers en colère, convoqué devant l’IGPN

sécurité
Guillaume, un Réunionnais, porte-parole de la colère des policiers convoqué devant l’IGPN
Guillaume, Réunionnais, porte-parole de la colère des policiers convoqué devant l’IGPN. ©Simon Guillemin / Hans Lucas / France Ô
Guillaume, Réunionnais, est un des porte-paroles de la grogne des policiers qui manifestent depuis plusieurs semaines. Il est convoqué ce jeudi devant l’IGPN. Guillaume est le premier policier à devoir s'expliquer auprès de la police des polices sur sa participation aux manifestations.
Il est l'un des porte-paroles des policiers qui manifestent depuis plusieurs semaines. Guillaume, Réunionnais, s’est exprimé dans plusieurs médias et notamment sur France Ô la semaine dernière (voir la vidéo ci-dessous lors de la manifestation du 26 octobre devant l'Assemblée Nationale). Le policier est convoqué ce jeudi 3 novembre, par l’IGPN (l’Inspection Générale de la Police Nationale). Il est le premier policier à devoir s'expliquer auprès de la police des polices sur sa participation aux manifestations.

©la1ere

Une défiance envers le gouvernement et les syndicats

Mardi soir encore, plusieurs centaines de policiers se sont rassemblés devant la Pyramide du Louvre, à Paris. Ils ont manifesté leur défiance envers le gouvernement mais aussi leurs syndicats, incapables selon eux de porter leurs revendications. Comme à chaque fois, ce rassemblement était nocturne. Les policiers ont un statut particulier qui leur interdit de manifester lorsqu’ils sont en service.

L’agression du 8 octobre

Pourtant, depuis le 17 octobre, ils se font entendre pour réclamer plus de moyens, des peines plus sévères envers leurs agresseurs et une révision des règles de la légitime défense. La fronde s’est déclenchée suite à l'agression au cocktail Molotov contre des policiers à Viry-Châtillon (Essonne), le 8 octobre. Elle s'est vite élargie à tout le pays, y compris Outre-mer.

250 millions d’euros

Pour tenter de calmer cette mobilisation, le gouvernement a annoncé il y a une semaine une enveloppe de 250 millions d'euros pour un renouvellement du matériel, la fin des "tâches indues" comme les gardes statiques devant les bâtiments, l'alignement des sanctions pour "outrages" à l'encontre des forces de l'ordre avec celles des magistrats qui passera donc de six mois à un an d'emprisonnement et des mesures pour préserver l'anonymat des policiers dans le cadre des procédures ou en intervention. Malgré ces annonces, des manifestations se sont poursuivies.
Publicité