Insécurité et délinquance dans les Outre-mer en 2021, les premiers chiffres du ministère de l'Intérieur

sécurité
RAID Martinique
Une patrouille du RAID au Lamentin, en Martinique, en novembre 2021 ©ALAIN JOCARD/AFP
Le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) a publié fin janvier un premier bilan de la délinquance enregistrée en France en 2021. Pour la première fois, cette publication intègre les départements et régions d’Outre-mer, plus un encadré sur les collectivités ultramarines.

Le document représente une première synthèse de la délinquance dans la France entière en 2021, en incluant des éléments d’analyse territoriale. Il repose sur les faits de délinquance enregistrés par la police et la gendarmerie nationales, complétés par des statistiques issues d’une enquête de ce que l’on appelle "victimation", pour notamment la mesure des taux de dépôt de plainte. "Un bilan complet de l’année 2021 sera publié en juin 2022. Il intégrera des éléments d’analyse sur les caractéristiques des victimes déclarées et des auteurs présumés ainsi que des compléments territoriaux, sur les taux d’infractions pour 1000 habitants et par type d’unité urbaine", précise le SSMSI.

En 2021, les homicides ont été à la hausse en France, et plus particulièrement en Outre-mer. Les services du ministère de l’Intérieur constatent : "En cumul sur les trois dernières années, il atteint notamment 0,13 homicide pour 1000 ha­bitants en Guyane, 0,07 en Guadeloupe, 0,06 en Martinique et 0,05 à Mayotte, contre 0,02 homicide pour 1000 habi­tants en moyenne sur toute la France". Les DROM sont également pointés du doigt concernant les augmentations du nombre de victimes de coups et blessures volontaires, dans et en dehors de la sphère familiale (voir tableau ci-dessous).

SSMSI 1


Egalement en hausse sur tout le territoire, le nombre de victimes de violences sexuelles enregistrées par les services de sécurité (+33% en moyenne). Cela concerne autant les viols et tentatives de viols que les autres agressions sexuelles. Le SSMSI remarque que si le taux de violences sexuelles enregis­trées (pour 1000 habitants) est relativement homo­gène par région en 2021, il est légèrement supérieur dans les DROM, et plus spécifiquement en Guyane (2,0‰). "Par rapport à 2020, le nombre de vio­lences sexuelles enregistrées augmente fortement en 2021 dans l’ensemble des régions françaises, notamment de façon plus marquée en Guadeloupe (+58%), à Mayotte (+54%) et en Martinique (+49%) que sur l’ensemble du territoire (+33%)."

Concernant le nombre de vols avec armes, le ministère de l’Intérieur signale qu’ "en 2021, quatre DROM enregistrent un nombre de vols avec armes par habitant bien supérieur à la moyenne nationale (0,13‰) : Guyane (3,6‰), Mayotte (2,1‰), Guadeloupe et Martinique (0,7‰)". À contrario, excepté les régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et Île-de-France, la France hexagonale a présenté un taux inférieur à la moyenne.

Pour les collectivités d’Outre-mer (COM), notamment la Polynésie et la Nouvelle-Calédonie, les services du ministère relèvent une hausse des violences sexuelles enregistrées, comme dans les DROM. "Le nombre de violences sexuelles enregistrées par habitant en 2021 est similaire en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie (respectivement 1,3‰ et 1,5‰) à celui observé dans les DROM (1,5‰)." Il augmente de 31% entre 2020 et 2021 dans les deux collectivités, soit légèrement moins que dans les DROM (+41%).

SSMSI 2


Par ailleurs, l’étude ajoute : "Un peu plus de victimes de coups et blessures volontaires par habitant sont enregistrées en 2021 en Polynésie française que dans les DROM (respectivement 8,0‰ et 7,3‰). Elles sont également plus nombreuses qu’en 2020, respectivement de 17% et 13%. La Nouvelle-Calédonie, où le taux de coups et blessures volontaires par habitant est plus élevé qu’en Polynésie française (10,5‰), enregistre quant à elle une baisse du nombre de victimes entre 2020 et 2021, de 3%."

Enfin, le SSMSI souligne que les vols violents, qui regroupent les vols avec arme et les vols violents sans arme, sont nettement moins fréquents en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie que dans les DROM : "respectivement 0,3 et 0,6 vols violents ont été enregistrés pour 1000 habi­tants en 2021, contre 2,1‰ dans les DROM. Leur nombre est en diminution en 2021 par rapport à 2020, de 11% et 21% respectivement, alors qu’il est en hausse dans les DROM, de 8%."