Jacques Chirac, l’homme du musée du Quai Branly et des arts premiers

président de la république
Jacques Chirac lors de l'inauguration du musée Quai Branly le 20 juin 2006
Jacques Chirac lors de l'inauguration du musée Quai Branly le 20 juin 2006 ©POOL / AFP
Le musée du Quai Branly à Paris a été inauguré il y a treize ans. Ce musée des arts premiers a été voulu par le président Jacques Chirac appuyé dans ce projet par son ami et collectionneur Jacques Kerchache. Un musée qui a accueilli beaucoup d’expositions sur les Outre-mer.
Le Quai Branly est l’un des musées les plus populaires de Paris. En 2018, il a enregistré 1,2 millions de visiteurs et plus de 17 millions depuis son ouverture. C’est Jacques Chirac qui a voulu la création de ce musée inauguré en 2006. Le président qui se faisait volontiers passer pour un homme du peuple avait en réalité un goût affiné pour les arts premiers. Regardez ces images d'archives de l'inauguration, en juin 2006 :
  

Des goûts éclectiques

En Chine, Jacques Chirac est vénéré pour avoir contribué à faire connaître l’armée enterrée de Xian, un magnifique site archéologique. Au Japon, l’ex-président affichait un goût prononcé pour la culture raffinée de l’empire du soleil levant, tout en admirant les combats de Sumo. 
 
Jacques Chirac et le secrétaire général des Nations unis Kofi Annan saluent le chef Laukalbi de Tanna au Vanuatu et son neveu Jerry Napat au musée du quai Branly
Jacques Chirac et le secrétaire général des Nations unis Kofi Annan saluent le chef Laukalbi de Tanna au Vanuatu et son neveu Jerry Napat au musée du quai Branly ©FRANCOIS MORI / POOL / AFP
 

Adhésion au projet

Ces affinités éclectiques, Jacques Chirac a voulu les partager avec les Français. Et contre toute attente, les Parisiens et les visiteurs de Paris ont adhéré à ce beau projet, reflet de toutes les cultures du monde. À cela s’ajoute la beauté du bâtiment conçu par l’architecte Jean Nouvel.
 
Jacques Chirac écoute, le 28 avril 2000 à l'Elysée, les explications de l'architecte Jean Nouvel, devant la maquette du futur Musée du Quai Branly
Jacques Chirac écoute, le 28 avril 2000 à l'Elysée, les explications de l'architecte Jean Nouvel, devant la maquette du futur Musée du Quai Branly ©MICHEL EULER / POOL / AFP
 

Les Outre-mer très présentes au Quai Branly

Pendant 13 ans, les expositions se sont succédées. À plusieurs reprises, les Outre-mer ont été convoquées dans ce beau panorama.
 
Cette année, le musée consacrait une grande exposition à la zone Océanie. Plus de 170 objets ont été réunis pour ce voyage à travers le Pacifique : de la Nouvelle-Guinée à l'île de Pâques en passant par Hawaii, la Nouvelle-Zélande et Tahiti. 
 
En 2008, "Polynésie, arts et divinités" (1760-1860) retrace à travers 250 œuvres les premiers contacts entre le Fenua et les voyageurs européens, missionnaires ou colons, et en 2016, l'exposition "Matahoata, arts et société aux îles Marquises"
  

Coutume au Quai Branly

L’année 2013 est marquée par la plus grande exposition sur l’art kanak. Elle rassemble 300 œuvres et documents exceptionnels. Des coutumiers font le voyage pour se rendre au musée Quai Branly qui abrite alors une cérémonie coutumière sans précédent.
 
Coutume au Musée Quai Branly
©Cécile Baquey
Drapeau du Sénat coutumier
©Cécile Baquey
Le directeur du Musée Quai Branly, Stéphane Martin
©Cécile Baquey
Coutume au Musée Quai Branly
©Cécile Baquey
Rival Djawa, membre du Conseil coutumier de l'aire Ajië-Aro
©Cécile Baquey
Coutume au Musée Quai Branly
©Cécile Baquey
Julien Boanemoi, membre du Conseil coutumier de l'aire Ajië-Aro
©Cécile Baquey
L'exposition Kanak, l'art est une parole
©Cécile Baquey
Jacqueline Deteix, élue à la Province des îles
©Cécile Baquey
Peinture murale Jean-Marie Tjibaou
©Cécile Baquey
   

Présence africaine

En 2009, "Mangareva" rassemble les seules oeuvres connues à ce jour de la petite île de l’archipel des Gambier. La même année, le musée accueille une exposition intitulée "Présence africaine" qui retrace l’histoire de la revue fondée en 1947 par Alioune Diop. Cet intellectuel sénégalais est également connu pour avoir organisé le premier congrès international des écrivains et artistes noirs auquel avaient participé Aimé Césaire, Frantz Fanon, Edouard Glissant et bien d’autres encore.
 
Premier congrès international des écrivains et artistes noirs à paris en 1956
Premier congrès international des écrivains et artistes noirs à paris en 1956 ©Présence africaine
 

Affluence de tatoués

Au fur et à mesure des années, le musée Quai Branly s’ouvre d’avantage à la planète entière. En 2010, l’exposition Lapita, présente un panorama de la tradition céramique des ancêtres océaniens avec des objets en provenance de Nouvelle-calédonie et du Vanuatu. Puis viennent les expositions thématiques comme "Cheveux chéris" ou "Tatoueurs, tatoués" qui rencontrent beaucoup de succès auprès du public.
  

"Tiki Pop" ou la culture du kitsh

En 2014, "Tiki Pop" explore la manière dont les Américains débarqués pendant la seconde guerre mondiale reviennent chez eux avec des images kitsch et toute une culture "ukulélé". A travers des objets, des photos, des tableaux, des meubles l’exposition raconte l’histoire de ce mouvement créé à partir d’une Polynésie rêvée et adaptée à la culture américaine.
 
Exposition Tiki Pop
Exposition Tiki Pop ©DR
 

Musée Jacques Chirac

Dix ans après sa naissance, le musée ajoutait une nouvelle page à son histoire marquée des expositions foisonnantes, avec une exposition consacrée à l'ancien président "Jacques Chirac ou le dialogue des cultures". Cette exposition dressait le portrait d’un président amoureux de l’Asie, du Japon en particulier et fasciné par les arts pré-colombiens. Le musée porte désormais le nom de Jacques Chirac et il restera à jamais comme l’une des plus belles réussites de ce président aux goûts éclectiques.
 
Exposition "Jacques Chirac ou le dialogue des cultures
Exposition "Jacques Chirac ou le dialogue des cultures ©PATRICK KOVARIK / AFP
​​​​​​​​​​​​​​