Jean Castex nommé Premier ministre : les réactions en Outre-mer

politique
Jean Castex et Édouard Philippe
Jean Castex, le nouveau Premier ministre, aux côtés d'Édouard Philippe le 3 juillet lors de la passation de pouvoir à Matignon. ©Ludovic Marin / AFP
La nomination de Jean Castex à Matignon marque un nouveau tournant dans le mandat d'Emmanuel Macron, qui se sépare ce vendredi 3 juillet de son Premier ministre Édouard Philippe. Cette décision a fait réagir la classe politique comme les citoyens Français, notamment en Outre-mer. 
Avant le mois de mai 2020, le nom de Jean Castex était assez peu connu du grand public. Le "Monsieur déconfinement" d'Emmanuel Macron, chargé de mettre en place la fin du confinement qui a eu lieu le 11 mai dernier, est pourtant une figure installée depuis longtemps dans le paysage politique français.

Sa nomination au poste de Premier ministre ce vendredi 3 juillet, quelques jours après la défaite du parti du Président aux élections municipales a donc fait vivement réagir. Du côté des Outre-mer, Gabriel Serville, député de Guyane rangé du côté de l'opposition de gauche, a été l'un des premiers à commenter l'arrivée de Jean Castex, ne manquant pas d'égratigner la gestion gouvernementale du coronavirus en Guyane et à Mayotte.
 
À La Réunion, Farid Mangrolia, référent territorial LREM sur le territoire, a lui salué "le travail d’Edouard Philippe en tant que Premier ministre" et expliqué que le choix de Jean Castex, "qui vient de la droite", n'est "pas une surprise". "Il est le choix de la compétence", considère-t-il auprès de Réunion la 1ère. "Jean Castex connaît les rouages du pouvoir et les problématiques de société et de santé de la France."

Sa nomination "marque une réaffirmation d’un cap libéral et conservateur" et "une clarification politique", a estimé Victorin Lurel dans un communiqué, dans lequel il qualifie le nouveau Premier ministre de "personnalité affable, appréciée et éminemment compétente". Le sénateur de Guadeloupe a également souligné la "rigueur", l'"intégrité" et la "fidélité aux valeurs de droite" d'Édouard Philippe. 
 

L'heure du bilan

Mais les réactions politiques restent encore sporadiques en Outre-mer, où la classe politique est dans l'attente de connaître le nom de celui ou celle qui (re)prendra la tête de la rue Oudinot. 
 
À défaut de commenter l'arrivée de Jean Castex, la députée du Val-de-Marne, Maud Petit, d'origine martiniquaise, a ainsi tenu à remercier le désormais ex-Premier ministre Édouard Philippe pour son action à la tête du gouvernement. "Ces trois années furent souvent abruptes, mais vous avez servi la France avec intelligence, pragmatisme, humilité, sans oublier votre humanisme", lui a-t-elle déclaré sur Twitter.
 
La députée de Polynésie Maïna Sage salue le départ d'Edouard Philippe et l'arrivée de Jean Castex.

À La Réunion, le député Jean-Hugues Ratenon a estimé à l'inverse que le bilan d'Édouard Philippe à Matignon est loin d'être positif, notamment concernant les Outre-mer, a-t-il expliqué à Réunion la 1ère :
 

L’Outre-Mer et La Réunion en particulier ne regretteront pas cette gouvernance qui a oublié les Ultramarins et aggravé leurs difficultés : la baisse de l’allocation logement, la volonté de supprimer l’APL accession, aucun effort budgétaire pour les plus fragiles, casse du code du travail, réforme des retraites, services publics démantelés, les hôpitaux et leurs personnels abandonnés, baisse des contrats aidés…

Jean-Hugues Ratenon

 

Pas de "Première ministre"

De son côté, Corinne Narassiguin, secrétaire nationale à la coordination du Parti Socialiste, d'origine réunionnaise, souligne avec humour que le président de la République n'a une nouvelle fois pas nommé une femme à la tête du gouvernement, alors qu'il en avait émis le souhait en 2017 lors de sa campagne. "Macron est féministe comme il est de gauche", note-t-elle. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live