outre-mer
territoire

Jean-Fred Gravina, le SDF réunionnais mort dans le Vaucluse, va être enterré ce samedi à La Réunion

faits divers
Trois-Bassins photo d'illustration
Jean-Fred était originaire de Trois-Bassins ©Réunion 1ère
L'élan de solidarité pour rapatrier le corps de Jean-Fred Gravina a fonctionné. Ce SDF réunionnais, mort le 28 octobre dernier dans le Vaucluse, va pouvoir reposer sur son île natale. Il sera inhumé ce samedi 18 novembre, à Trois-Bassins. 
La1ere.fr s'était fait l'écho de l'élan de solidarité lancé dans le Vaucluse et à La Réunion après le décès de Jean-Fred Gravina. Ce SDF réunionnais avait été retrouvé la mort le 28 octobre dernier dans l'incendie du cabanon dans lequel il vivait, à Sorgues, dans le Vaucluse. 

7.000 euros collectés

Lancé par l'association Entraide Actions Citoyennes, la cagnotte en ligne a permis de récolter un peu plus de 2.000 euros. A La Réunion, la solidarité a très bien fonctionné, permettant de rassembler 5.000 euros. Les pompes funèbres ont également fait un geste en réduisant la somme qu'elle réclamait initialement. Grâce aux 7.000 euros collectés, le corps de Jean-Fred a quitté l'hexagone vendredi 17 novembre dans l'après-midi. Il arrive samedi 18 novembre au matin à La Réunion, et son inhumation doit avoir lieu le même jour à Trois-Bassins. 

Des commentaires et des critiques

Pour les bénévoles de l'association Entraide Actions citoyennes, c'est un soulagement. Ils se sont mobilisés sans compter leurs efforts pour que Jean-Fred ne soit pas inhumé dans une fosse commune, à 10.000 kilomètres de son île natale. Mais ces bénévoles ont du faire face à de nombreux messages désapprobateurs sur les réseaux sociaux. Certains les accusaient de ne pas avoir suffisamment aidé le SDF réunionnais de son vivant, en lui trouvant un logement ou en prenant contact avec sa famille.

Contactée par La1ere.fr, une bénévole de l'association explique que Jean-Fred était bien suivi, régulièrement, par les bénévoles. Un appartement lui avait été proposé, mais il l'avait refusé, préférant vivre en marge de la société, dans le petit cabanon où il est mort. Il avait également coupé les ponts avec sa famille, restée à La Réunion.  C'était son choix, il fallait le respecter, confie, très émue, cette bénévole.